23
Mai
10

Le Meirelles et les abeilles

Ces derniers jours une ombre est venue s’ajouter au tableau de ma vie. Cette rature, c’est le docteur Meirelles. Même si j’essaie de rester le plus professionnel possible pendant mes consultations, je pense que mon trouble est perceptible. Je repense à cette petite fille que j’ai auscultée l’autre jour…


Ça va docteur ?

_ Oui ne t’inquiète pas. C’est une petite trachéite. Tu devrais t’en sortir.

_ Nan mais je veux dire, vous… ça va ?

_ Comment ça ?

_ Qu’est-ce qui se passe Docteur ?

La gosse m’avait percé à jour. Ça ne servait à rien de jouer la comédie.

Je vais comme un homme que sa femme a quitté. Écoute les battements de mon cœur brisé…

_ Il ne bat plus!

_ Précisément.

_ Nan mais je faisais référence au quotidien… ça va?

_ Bah… c’est Meirelles, ça fait chier… Il s’est mis tout l’hopital dans la poche avec son refrain populiste. Et moi c’est comme si on m’avait oublié.

_ Mais non Docteur, c’est complètement abscon.

_ D’où connais-tu le sens d’un mot que moi-même je n’emploie que pour les grandes occasions?

_ Morisset,  vous êtes plus beau, vous êtes plus pertinent, plus drôle que lui. Et surtout vous êtes plus Français!

_ Tu es sûre ?

_ Fais moi confiance…

Je l’embrassai sur le front en lui promettant la vie éternelle. La gamine me sourit puis s’envola par la fenêtre. Il s’agissait d’un rêve.

Mais je tenais mon idée : c’est la France qui allait m’apporter ma vengeance… Le lendemain, à la pause, je pris la parole.

Ouais nan mais tout ça c’est des conneries hein. C’est comme au Brésil. J’ai entendu que les plages de Copacabana se vident parce que l’obésité frappe en force à Rio. Il n’en est rien. Pourquoi ? Parce que les obèses se trouvent principalement dans les quartiers pauvres, la « favela ». Et l’unique observation qu’on a pu faire sur les plages entre les années 80…

et aujourd’hui…

… c’est un changement de mode dans le port du maillot de bains. Les culs sont restés les mêmes. Le Brésil est au Portugal ce que la France est à la Belgique.

Comme prévu, Meirelles sortit de sa cachette. Mon piège fonctionnait.

Morisset, comme d’habitude tu dis n’importe quoi.

Il avait le don de m’énerver mais je restais calme. Je m’en tenais à mon plan. J’avais prévu qu’il prenne la défense de son Portugal adoré pour pouvoir mieux le contrer avec des arguments imparables car nationalistes.

Mais contre toute attente il me prit en traitre en me montrant une photo d’abeille.

Je m’effondrai logiquement.

J’ai pas voulu la tuer !

_ Tu l’as fait pourtant. Tu sais que nous allons bientôt en manquer Morisset…

_ Je sais. Mais il était tard, elle était dans mon appartement… j’étais fatigué. Elle avait l’air agressive.

_ Elle était sans doute paniquée Morisset. Ne le serais-tu pas si tu étais enfermé dans l’appartement de quelqu’un que tu ne connais pas?

Je ne pouvais retenir mes larmes.

_ Arrête ! Par pitié ! C’est injuste ce que tu fais Meirelles !

_ Non Morisset. C’est ce que tu as fait à cette abeille qui est injuste.

_ C’est faux. J’ai fait en sorte qu’elle ne souffre pas. Quand j’ai vu qu’elle remuait encore après mon coup de basket, je l’ai étouffée dans une dizaine de feuilles de sopalin avant de la noyer dans mes toilettes.

_ L’abeille c’est la reine des insectes. Tu es un monstre !

_ Non ! Non !!! C’était un accident! Pardon…

C’était une catastrophe. Cela devait être mon heure de gloire et j’étais en train de demander pardon à cet abruti de populiste. Je fus chassé sous les huées des infirmières comme si j’étais le mouton noir.

J’avais sous-estimé la perfidie de Meirelles. Comment savait-il que j’avais tué une abeille la semaine dernière ? Quelqu’un chez moi avait parlé. Mais qui ?

Source : Getty Images

Publicités

9 Responses to “Le Meirelles et les abeilles”


  1. 23/05/2010 à 17:48

    Encore une fois, l’humour et le délice narratif est au rendez vous. J’aime beaucoup ta facon d’appréhender le dialogue. Oui j’aime. J’aime assez. C’est vrai ça. Drole, isn’it?

  2. 23/05/2010 à 17:49

    L’humour et le délice narratif n’est qu’une seule personne d’où l’emploi de la troisième personne du singulier.

  3. 3 Dr. Morisset
    23/05/2010 à 17:51

    Oui mais moi je me demande encore pourquoi on m’a pas offert de scooter quand j’ai acheté mon appareil numérique chez Pixmania…

  4. 4 Dr. Morisset
    23/05/2010 à 17:51

    Je suis client de ce genre de commentaire.

  5. 23/05/2010 à 19:55

    Chouette rêve dites donc…
    Si les abeilles produisent du miel, Meirelles quant à lui, crache son fiel (Je me fais peur).
    Ce type bosse pour les R.G. portugais ou c’est seulement un passionné d’apiculture?

  6. 6 EverGreen
    27/05/2010 à 09:12

    Pourquoi ne pas lui avoir prétexté un antécédent d’oedème de Quincke aux piqûres d’hyménoptère?
    Dans de telle situation, c’est la loi du plus fort, de l’instinct de survie de l’espèce. Pas de place aux sentiments.

    Aaaaah ce Meirelles… Enfin un adversaire à votre hauteur!

  7. 7 Dr. Morisset
    28/05/2010 à 08:37

    Le mensonge n’est pas dans ma nature monsieur!
    Par ailleurs j’ai bien l’ambition de confirmer cette fameuse maxime : « l’élève dépasse l’adversaire »


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès