28
Nov
10

L’enfer, c’est les autres (cons dans le bus)

J’ai remarqué une campagne de publicité l’autre jour s’adressant aux utilisateurs de la RATP :

Partageons plus, partageons le bus.

La publicité vise à inciter les usagers à réfléchir à leurs comportements parce que figurez-vous que les gens font preuve de manque de politesse dans les transports. Au début j’y croyais pas… Manque de politesse? A Paris? C’était pas possible.

C’est après avoir aperçu un homme fumer sans la moindre gène à l’arrière du bus que je me suis dit que c’était peut-être pas si bête que de rappeler ainsi les règles de la bienséance.

Cette campagne a par ailleurs le bon gout de proposer une double grille du lecture…

C’est vrai qu’il ne faut pas pousser avec les poussettes! Je précise quand même que rien ne fait plus chier le matin que de se faire rentrer dedans par une poussette dans laquelle un moutard hurle à la mort.

Il y a aujourd’hui chez les jeunes mamans une sorte de prétention qu’on ne retrouve plus guère que chez les vieux. Elles se croient toutes permises. Elles n’ont aucune reconnaissance non plus. Un jour j’ai aidé une maman seule et désespérée avec sa poussette. Elle m’a à peine dit merci. Je me suis demandé si elle aurait fait pareil pour moi si les rôles avaient été inversés. En tout cas, la prochaine fois je passerai mon chemin. Bordel.

Ces règles élémentaires de conduite m’ont sauté à la gueule à nouveau la semaine dernière alors qu’une troupe de théâtre récitait du Molière pendant le trajet. J’ai jamais pu encaisser le théâtre de rue, alors le théâtre de bus… Je fus pris à partie car je refusais de donner ma monnaie à ces saltimbanques pour une performance que je n’avais ni souhaitée, ni appréciée. Ne peut-on plus prendre le bus et lire son Santé Magazine en tirant la gueule tranquille?! C’est aussi ça la politesse.

Je repense également à cette soirée où j’étais assis en face d’un jeune homme d’une vingtaine d’année, le pull solidement attaché sur sa chemise Ralf Lauren. Il tenait sa pochette Ernst & Young d’une main de fer. Il me rappelait quelqu’un…

La mèche souple, les yeux vifs, il demanda à ma voisine de partager plus que le bus avec lui. Il lui demanda de partager son téléphone :

Bonjour Madame, excusez-moi, auriez vous du forfait s’il vous plait? Je vais à une soirée, je n’ai pas le code et je n’ai plus de batterie.

« Auriez vous du forfait » quoi…

Ma voisine eut le réflexe bonne poire de porter la main à sa poche avant d’y réfléchir à deux fois et de se raviser. Il avait l’air surpris de ce refus de collaboration. Ce connard reporta alors son attention sur moi. En un regard, je lui fis comprendre que s’il osait me poser la même question ça serait à ses risques et périls. Il osa malgré tout.

Pardon Monsieur, auriez-vous du forfait s’il vous plait?

Ma réponse fut glaciale.

J’ai pas de téléphone!

C’était évidemment faux. Le doute quant à la véracité de mon argument le plongea dans l’embarras, à ma plus grande satisfaction. Je m’amusai de ma propre remarque et décidai de la noter quelque part afin d’en parler dans ce blog. Quand des choses marrantes me viennent en tête dans la journée, je les note en général dans mon téléphone. Je sorti donc mon portable pour enregistrer cette idée, comme un message politique fort adressé à l’apprenti auditeur.

Il me détesta. C’était réciproque.

A la façon d’un élu UMP défait aux régionales, il sut rebondir. Une fois sorti du bus, il se jeta sans vergogne sur le premier passant pour lui demander son téléphone.

Je ne sais toujours pas ce qui m’agaça le plus chez lui. Sa suffisance, ses mocassins, sa confiance sans limite, cette naïveté de croire que les gens sont là pour s’aider les uns les autres, et lui en particulier. Le téléphone portable relevant quasiment de l’intime aujourd’hui, je trouve que ce salopard avait drôlement manqué de politesse sur ce coup. Tout ça sous prétexte qu’il n’avait plus de batterie, lui qui devait tout avoir.

C’était peut être Shaolin le meurtrier (cf Les mystères de Pékin), mais c’est surtout Jean-Paul Sartre, intemporel, qui avait raison, comme toujours.

Crédit : Getty Images

Publicités

17 Responses to “L’enfer, c’est les autres (cons dans le bus)”


  1. 1 yoann louis
    28/11/2010 à 22:55

    Et si quelqu’un s’était mis à fumer à l’arrière du bus à Knysnia? Et si le traître avait (commu)niqué avec le quotidien sportif avec le forfait d’un autre? Et si Ben Arfa avait été sélectionné, aurait il cité Nietzche dans le communiqué des joueurs?

  2. 2 EverGreen
    28/11/2010 à 23:17

    Ce que je déteste le plus, ce sont les gens qui aux heures de pointent ne s’accrochent pas à la barre, mais s’y adossent de tout leur long histoire d’écraser les pauvres mains de ceux qui s’y cramponnent faute de rien.

  3. 3 Manon
    29/11/2010 à 00:01

    Ça faisait longtemps que je ne t’avais pas lu. Et c’est vachement plus agréable ici.
    Dis toi qu’en province, les bus sont infestés d’handicapés sociaux, et la notion de gentillesse universelle en toute circonstance est une mauvaise habitude. Je suis moins dérangée dans un bus à Paris qu’ici.
    Le pire, c’est qu’en province dans les bus on est tous obligés de se sourire.

  4. 4 Thomas
    29/11/2010 à 09:37

    une bien bonne consult’ !

  5. 5 Le Corbeau
    29/11/2010 à 10:17

    Le partage n’a aucun avenir. C’est pour ça que Jésus est mort sur la croix.

  6. 6 Dr. Morisset
    29/11/2010 à 10:27

    Ces mêmes personnes qui s’appuient contre la barre dans le bus sont souvent ceux qui occupent les deux sièges d’à côté grâce à leurs coudes au cinéma.

  7. 7 Dr. Morisset
    29/11/2010 à 10:28

    En fait la nature de la population du bus change en fonction de l’horaire auquel tu le prends.
    Mais effectivement j’imagine la pression qu’il doit exister dans les bus de province…
    « Allez les gars, on sourit hein, on n’est pas à Paris! »

  8. 8 Dr. Morisset
    29/11/2010 à 10:28

    Je valide le commentaire.

  9. 9 Dr. Morisset
    29/11/2010 à 10:30

    Je suis d’accord. Un Dieu égoïste à la Bouddha peut revenir très à la mode en cette fin d’année 2010.

  10. 10 Dr. Morisset
    29/11/2010 à 10:32

    Il y a aujourd’hui de la place pour un livre intitulé « l’enfer c’est les autres cons dans le bus » dont la préface pourrait être écrite par Yoann Gourcuff.

  11. 29/11/2010 à 10:41

    Et bien voyez-vous cher Morisset, je pense que si le ticket était à 10 ou 12 Euros, ce problème ne se poserait plus. Y a trop de prolos mal éduqués dans les bus.(en plus, y a pas de première classe)

  12. 12 corrine
    29/11/2010 à 11:20

    Ce trop plein d’humanité et de guimauve donne envie d’aller se recoucher.

  13. 13 Dr. Morisset
    29/11/2010 à 11:39

    Cher Maitre, vous mettez là le doigt sur quelque chose de très sensible effectivement. Robin Leproux a pris des mesures qui s’inscrivent d’ailleurs dans ce courant de pensée. Là où je vois les limites de votre proposition, c’est que dans ce cas de figure il s’agissait d’un imbécile qui aurait largement pu se payer son billet à 10/12 euros.
    Au risque de heurter votre sensibilité, le vrai problème c’est que la connerie est partout, et pas que chez les prolos.

  14. 29/11/2010 à 16:24

    Un médecin qui prend le bus, on aura tout vu…

    Mais qu’avez vous fait de votre Mercedes break cher Docteur?

  15. 15 Dr. Morisset
    29/11/2010 à 16:37

    Vous n’êtes pas sans ignorer que la plupart des bus de la RATP sont des Mercedes Citaro.
    Peu importe le modèle, du moment qu’on roule avec la marque…

  16. 02/12/2010 à 23:43

    Quand je pense que, un jour, y’a 2000 ans à peu près, un type a osé dire « aimez-vous les uns les autres ».
    Il se foutait carrément de notre gueule, non?

  17. 17 Dr. Morisset
    03/12/2010 à 15:02

    Ce mec n’a jamais existé.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Les articles à succès