24
Déc
10

Le Père Noël est un forain

Mes clients vantent la plupart du temps mon efficacité. Ils savent dépasser leurs germes pour se fendre d’un sourire, d’un petit commentaire sympathique. Les plus en forme vont même jusqu’à paraphraser Jean Ferrat :

Docteur, que serais-je sans vous?

Mes clients m’aiment tellement, je pense que si j’étais instituteur dans la petite maison dans la prairie ils me laisseraient sûrement des pommes après la classe.

Mais ils sont aussi relativement nombreux à me trouver, je cite, « chonchon ».

J’entends ce qualificatif plus souvent qu’à l’accoutumée.

Et j’avoue… j’avoue!

J’ai un petit coup de moins bien ces temps-ci. (même si je reste toujours irréprochable en matière de cravate) Je reconnais en tant que médecin, mais aussi en tant qu’homme, que je suis, comme 3 Français sur 4, victime du spleen des fêtes de fin d’année.

C’est pas inhabituel à l’étranger de traverser cette petite période de dépression d’une semaine. En Roumanie par exemple, les gens n’ont aucun problème à tomber d’un balcon du parlement.

En Roumanie ça va mal et au moins là-bas ils font pas semblant.

Moi je suis en accord avec ce courant de pensée. Les fêtes de fin d’année ça me gonfle. En plus ma femme s’est barrée… A la différence de beaucoup de blogueuses qui se font larguer et qui s’épanchent en ligne à la recherche de commentaires de soutien (cf « Courage! Je suis avec toi. Quel connard. »), je ne le répète pas pour me plaindre. Mais plutôt pour souligner qu’il s’agit d’une donnée essentielle qui rend mon existence plus quelconque.

Il faut comprendre que lorsque le réveil sonne chaque matin, mettant fin à la liberté conditionnelle de ma nuit, la réalité se rappelle à mon bon souvenir. Et la réalité c’est que je suis seul dans ce grand lit.

Je vois peu d’intérêt dans les fêtes de fin d’année si ce n’est de passer à une autre année. Encore que souvent pour moi l’année à venir est souvent un poids supplémentaire sur mes épaules. Et je sais que l’année de trop me guette…

Noël c’est des soirées entières à bouffer.

Et personnellement je garde d’assez mauvais souvenirs de repas trop huitrés.

Je déteste ces soirées hivernales à jouer à Taboo où, pour faire deviner le mot « guitariste » tout en faisant marrer la galerie, je suis trop souvent contraint de singer Julien Tarquin, figure emblématique de la Compagnie Créole bien connu pour sa façon de jouer de la guitare le poignet cassé.

Je n’ai de cadeau à mettre sous le sapin de personne.

Tino Rossi me fait autant vibrer que Dany Brilliant.

Je ne regarde pas Canal Sat.

En plus, il faut savoir que le mythe du père Noël a été construit autour de la figure du gitan.

La magie de Noël a environ autant de sens pour moi qu’elle en a pour un Chinois.

Et puis je crois que je m’autorise pas à faire la fête alors que c’est la merde en Côte d’Ivoire.

Donc oui : je fais la gueule.

Moi je ne joue pas la comédie. Je ne suis pas de ceux qui se cachent derrière des faux semblants. Et en France c’est une spécialité. On fait « genre » tout va bien. Je pense notamment à une famille française bien conne pour sa culture de la façade et du secret :

la famille De Villiers.

Laurent de Villiers, fils du député européen Philippe de Villiers, qui accuse son frère Guillaume de l’avoir violé. Les faits se seraient déroulés de 1995 à 1996. Laurent de Villiers avait déjà porté plainte en 2006 avant de se retracter. En 2008, il est finalement revenu à ses accusations, invoquant qu’il avait subi des pressions familiales.

A part ça RAS tout va bien.

Crédit : Getty Images

Publicités

9 Responses to “Le Père Noël est un forain”


  1. 1 Yanndos
    24/12/2010 à 01:13

    Soyons honnête, si Julien Tarquin tenait sa guitare de manière particulière, c’est essentiellement parce que c’était une basse.

  2. 2 Dr. Morisset
    24/12/2010 à 01:14

    Oui mais Yann tu sais comme moi que dans l’imaginaire collectif la basse renvoie forcément à la guitare.
    Je pense que tu ne pourras qu’abonder dans mon sens.

  3. 3 corrine
    24/12/2010 à 11:07

    Booonnn … beenn, voila quoi!…

  4. 4 Feel
    24/12/2010 à 13:11

    Cher Docteur,

    Il semble que vous traversiez cette période commune à toute l’espèce humaine. Cette douce période faite de rébellion, d’amertume et de boutons sur le visage. J’ai nommé : la crise d’adolescence.

    Plus sérieusement, une question me taraude cher docteur, peut être épancherez vous ma curiosité. J’ai du mal à imaginer que votre tendre et douce était dans l’ignorance de ce blog. Je laisse un instant vagabonder mon esprit à quelques hypothèses dont voici celle qui m’intrigue le plus : est il possible que vous vous serviez de ce moyen de communication lui faire comprendre à quel point elle vous manque ?

    Je sais que vous n’aimez pas ça mais je finirai par quelques mots de soutien
    « Connard! Je suis avec toi. Quel courage. »

    Redevenez un killer !

    [img]http://www.sanctius.net/wp-content/uploads/2010/01/chuck-norris.jpg[/img]

  5. 5 Dr. Morisset
    25/12/2010 à 12:30

    Je trouve affligeant de devoir afficher le mental de stallone dans rocky III pour être en couple aujourd’hui.

  6. 6 corrine
    25/12/2010 à 20:51

    Rien à voir avec de l’adolescence attardée et de la faiblesse, porter sur soi un regard franc et oser le dire, de nos jours c’est plutôt signe de maturité et de courage, vive l’humain qui émerge de temps en temps derrière les faux semblants.
    Le mythe du taiseux est une vraie plaie de toute façon, entretenu par ceux qui n’ont pas compris le sens de « tu seras un homme mon fils… »
    C’est bidon et ils sont souvent plus chiants que les autres, en plus.
    Ne pas pouvoir dire de temps en temps j’ai mal n’arrange souvent que ceux qui ne veulent pas entendre, les adulescents pas fini justement qui ont mal lu ou même jamais lu Kipling, espèce très urbaine bourrée de cérumen.
    Les pilules du bonheur et les airbags chimiques anti-émotionnel font un carton au box office des ventes pharmaceutiques grâce à toutes ces injonctions au bonheur, à la perf et au jouir à tout prix, et ensemble de préférence … « gnark gnark ! » « loool » . Kssss …
    Vous avez raison, pour être en couple, c’est affligeant, épuisant, inutile et contre productif.
    Y a qu’au pieu que ça doit être un ring et encore, si on veut.
    Tenez bon, dr, il reste 6 jours à supporter.

    Chez les russes, on penche plutôt pour l’idée que le père noel n’est pas un salarié de marchand de soda ni même un forain mais serait plutôt le 4eme roi mage qui se serait perdu en route, ça expliquerait bien des choses …

  7. 7 Dr. Morisset
    25/12/2010 à 21:06

    Corinne, les Russes ne sont plus communistes c’est un fait. Mais ce n’est peut-être pas une raison pour leur refuser une majuscule.

  8. 8 corrine
    25/12/2010 à 21:18

    pffff …

  9. 26/12/2010 à 21:27

    Tu veux que tes lecteurs cotisent pour t’envoyer une carte? histoire de te remonter le moral.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès