31
Déc
10

De la nécessité d’avoir un plan

Depuis des décennies, je combats farouchement toutes sortes de maladies. Je crois qu’on peut dire que je combats « la » maladie, d’une manière générale. Encore qu’à travers cette formule on pourrait croire que je suis malade moi même. Ce qui n’est pas le cas.

Pourfendeur de maladies mais néanmoins observateur.

Et je sens bien que mes clients viennent me voir pour une raison précise ces derniers jours. Ils toussotent, ils reniflent, ils ne veulent pas l’avouer mais ils sont surtout préoccupés par une chose :

Se trouver un plan pour le 31.

C’est ce que j’appelle le syndrome du réveillon. Une irritabilité à l’approche de la nouvelle année, des remontées gastriques, un sommeil agité… tout ça est le fruit d’une pression monstrueuse.

La pression de s’amuser : S’il y a bien un soir où il faut être souriant et drôle, c’est le soir de la StSylvestre.

La pression d’être sur son 31 : il faut faire remarquer l’élégance des autres et être élégant soi-même.

La pression de rester en vie bien sûr.

La pression de ne pas prendre trop de poids.

Mais surtout, et c’est de loin le plus important, la pression d’avoir… un plan!

Tout ça c’est un peu lourd à encaisser. On comprend que certains paniquent et se finissent au champagne sur les Champs-Elysées. Il est déjà suffisamment difficile de respirer dans un moment pareil. Car la fin d’année est le moment de faire le bilan.

C’est aussi le moment de se projeter dans une nouvelle année, ce qui est une excellente source de stress pour de nombreux angoissés.

Face à cette pression du plan qui se fait chaque année de plus en plus grandissante, j’observe que certains réagissent à l’envers. C’est à dire qu’ils refusent cette pression d’une manière si violente qu’elle ne laisse pas de place au doute : ils font partie à leur manière de la même comédie du réveillon. N’avez vous jamais entendu des gens dans votre entourage, fiers comme des coqs dire :

Moi je fous rien ce soir.

ou

Moi de toute façon je m’en fous.

ou

Ce soir je me couche à 23h.

Tous ces gens qui emmerdent le nouvel an n’en restent pas moins profondément snobs. Ils se croient à l’abri. En fait ils n’ont rien réglé du tout. Ils ne sont pas en paix.

Alors moi je vais vous parler comme un entraineur de foot.

(Pour celles qui ne se sont jamais retrouvées dans un vestiaire ça risque de faire drôle)

Bon les gars, ça déconne là! Va falloir vous tirer les doigts du cul un peu! Vous avez encore 45 minutes pour faire la différence là. Vous pouvez pas passer vot’ temps à les r’garder jouer là…

* quand l’équipe gagne c’est « on ». quand l’équipe perd c’est « vous » *

Je crois que le message qu’il faut comprendre de tout ça c’est qu’il faut vivre un peu pour soi. On s’en fout de ce que les gens disent ou pensent. On ne soutient pas Ouattara parce que c’est dans la mouvance villepiniste. On ne brûle pas de voiture parce qu’Hortefeux a dit de pas le faire. On le fait parce qu’on y croit.

Je crois que le message passe bien.

Aujourd’hui, les gens sont à l’image de cette pauvre femme, à l’apparence sereine devant son plat de bouffe…

On a l’impression qu’elle gère alors qu’elle est en fait rongée par ses démons, prise au piège de son amour pour ce qu’il y a dans son assiette mais également prisonnière de ce que les gens pensent d’elle.

J’ai envie de lui dire.

Vas-y putain! Fais-le merde! Fais-le!!

Et je pose la question : quoi de plus rassurant que de la voir s’empiffrer?

Crédit : Getty Images

 

Publicités

6 Responses to “De la nécessité d’avoir un plan”


  1. 1 corrine
    01/01/2011 à 13:39

    Ne pas gâcher le plaisir qu’y trouve les autres ni se forcer à en faire de même quand on ne le sent pas, c’est bien ça que vous vouliez dire, dr ? si c’est ça, d’accord.
    Jamais emmerdé le Nouvel An de ma vie, pas assez brillante ni assez revenue de tout pour ça.
    Mais sans pression, ni plan, pour une vraie fois, vraiment pas en phase, vraiment pas pour moi ce rite cette année. L’essentiel est de ne pas en dégoûter les autres.
    S’en extraire ne met à l’abri de rien en effet … au contraire ça permet de voir.
    Aucune posture parce que je le regrette pour moi.
    En avril personne n’y verrait rien.
    Personne n’y voit rien non plus un 31 décembre d’ailleurs.

    Mais pas obligé de tous prendre le même train ni la même destination au même moment pour faire genre que. Entendu et lu ces derniers jours un peu trop de trucs sur comment cultiver la positive attitude; signe des temps, un peu décalé, des fois limite cynique ( ou pas conscience, me demande) et par réaction plutôt Camélia Jordana.
    Non non non non …

    Par contre, j’en « connais » un qui lui ne demandait pas mieux que de fêter le 31 du côté de Dijon avec sa mère, à faire comme vous dites finalement, passer au dessus du reste …
    Manque de bol pour lui, il avait eu un petit souci le garçon ( 30 ans ), à la suite d’un cancer tout enfant, il est sorti de son cancer mais avec des séquelles d’élocution et autre…
    Pour pas gâcher la fête des autres, par deux fois ( lui, puis sa mère ) il s’est vu refuser de pouvoir le faire à l’endroit où il le voulait par la patronne du lieu.
    La raison étant que vu son handicap, ça pouvait plomber la soirée des autres ( moi, c’est elle que je plombe, direct !! je lui fais sa fête à cette nana, après moi, elle aurait besoin d’un bon médecin de la tête )
    => »C’est pour protéger Sébastien et lui éviter qu’il se sente rejeté. On a déjà eu l’expérience avec d’autres personnes handicapées et quand on vous refuse une danse, c’est difficile à vivre », a-t-elle déclaré à l’AFP.
    Estimant que ce type de soirée dansante, où prévalent le « look et le paraître », n’était pas des plus adaptée, la responsable s’est dit prête a accueillir Sébastien dans « un cadre plus restreint ».
    Prends moi pour un con et de quoi j’me mèle, ça s’appelle ça.
    L’est pas belle la vie, ça peut des fois être moins facile finalement …
    J’ai trouvé l’avis du Petit Futé concernant cet endroit, et moi je dis qu’il y a des gens, vraiment, on se demande pourquoi ils insistent à vouloir faire comme les autres et aller gâcher par leur présence de si beaux endroits conviviaux.
    http://www.petitfute.com/guide/184478-france-dijon-effervescence
    Et si nous parlions d’amour, dr hein?!…lol.

    Ah, j’allais oublier, Bonne Année à vous quand même ( pas Bonne Santé, c’est ça ? ):-)

  2. 2 stitch
    01/01/2011 à 20:24

    vous avez faits quoi vous doc ?

  3. 3 Dr. Morisset
    02/01/2011 à 16:09

    On est bien d’accord, rien de plus difficile pour les handicapés de se sentir rejetés.
    C’est bien pour ça que ça ne sert à rien de prendre la peine de les intégrer.
    C’est bien pour ça qu’il y a des caves dans les maisons également.

  4. 4 Dr. Morisset
    02/01/2011 à 16:14

    Je vais te dire mon bon Stitch, l’essentiel n’est pas ce que j’ai fait, mais plutôt que ce que j’ai fait se soit bien passé…

  5. 5 stitch
    02/01/2011 à 17:46

    bon daccord reformulation alors comment c’est derouler votre soirée ?

  6. 02/01/2011 à 21:29

    En effet, ça m’a fait tout drôle.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Les articles à succès