04
Jan
11

Etrennes, étrennes, étrennes, oh tiens le bien

La tradition en France veut que chaque mois de janvier, on donne des étrennes à son concierge.

Les étrennes c’est une somme d’argent souvent modique visant à se mettre quelqu’un dans la poche. L’église les a condamnées comme pratique diabolique.

(En même temps l’église condamne aussi la sodomie…)

On peut complètement remettre en cause la nature de cette tradition. Il n’empêche que la tradition aujourd’hui c’est tout ce qui nous reste d’un peu solide dans un monde de sables mouvants. Alors je m’y attache comme un Marseillais s’attache à sa bouteille de Pastis. J’y crois comme à la terre, j’y crois comme au soleil. Je fais même mieux que ça, je joue le jeu : j’ai discuté avec ma concierge.

Bonjour Madame de Souza!

Et oui…

Bonjour Docteur!

_ Alors comment ça va?

_ Oh ben on fait aller hein.

_ Oui?

_ Oh ben oui.

_ Ça va les rhumatismes?

_ Oh non, ça fait mal.

_ Il faut prendre vos Doliprane hein.

Venez me voir je vous ferai une ordonnance… (héhé)

La consultation chez moi étant à 89,90 euros, je pouvais largement me refaire la cerise sur le billet que j’étais prêt à lui lâcher.

Et José ça va?

José c’est son fils. Il habite à Guimarâes. (ie « au pays »)

Oh m’en parlez pas.

Je pris l’air étonné.

On n’a pas pu le voir à Noël! On n’a pas pu partir!

Je pris l’air dépité.

(soupir)

_ D’abord ils ont dit qu’ils avaient plus le liquide pour dégivrer l’avion. On a pris 1h de retard. Ensuite ils ont dit que les bagagistes étaient en grève. Ça a pris deux heures avant qu’ils nous disent que l’avion partirait que le lendemain. Alors nous avec Aniceto (NDLR : son mari), on est rentré à la maison. Pensez bien qu’avec mes rhumatismes je pouvais pas dormir à l’aéroport hein.

Si elle prenait ses Doliprane en même temps cette vieille peau.

Et puis ben le lendemain on est resté bloqué dans le RER, on a raté l’avion.

Je ris (nerveusement) du malheur de cette pauvre innocente.

Ah ben oui mais faut partir en avance Madame da Costa! Nan mais sérieusement… moi je vote pas à gauche pour que vous pâtissiez de ces problèmes! C’est un scandale. Tout ça parce qu’Aéroports de Paris fait des économies de bouts de chandelle sur le glycol. Et alors les prétextes à la con merci!

« On n’avait pas prévu qu’il fasse si froid. Désolé. » (Aéroports de Paris)

On est en hiver merde! C’est normal qu’il fasse froid non?! Moi je vais vous dire, l’hiver est pas encore fini mais je tremble déjà à l’approche de l’été…

De toute façon et ça je le répète, on vit sur la tête! Dakar c’est pas en Argentine! Je veux dire la mondialisation a des limites quand même non? Au train où que c’est que ça va… ce qui faisait la gloire du peuple portugais : cette passion de la femme en string croisée avec l’amour du football et du tuning

Et bien cette identité risque bientôt de disparaitre!

_ Qu’est-ce que vous voulez dire Docteur?

_ Je veux dire que bientôt on ne saura plus reconnaitre une Portugaise d’une Espagnole!

_ Vous vous perdez en conjectures Docteur.

_ Oui enfin je venais surtout pour les étrennes hein. Sachez qu’en 1789, l’Assemblée nationale constituante voulait les supprimer, les considérant comme une forme de corruption. L’histoire de France ça vous parle madame da Cruz?! Allez… prenez l’un de ces billets de 10 euros (au choix) et on n’en parle plus.

_ Merci.

C’était sobre de sa part. À l’image de son ménage.

Au moins avec Madame de Souza, y’a pas de limite au goût de l’after beat.

Crédit : Getty Images, L’Affaire Pichard

Publicités

16 Responses to “Etrennes, étrennes, étrennes, oh tiens le bien”


  1. 04/01/2011 à 02:59

    Me voilà bien heureux de voler la vedette à cette satanée Corinne qui poste habituellement les premiers commentaires sous les articles de ce blog.
    Voilà. C’est dit. Maintenant, je vais lire le post.

  2. 2 corrine
    04/01/2011 à 03:06

    bah, à vous l’honneur. vais même me taire tiens…

  3. 3 de santi
    04/01/2011 à 03:23

    Ouais ben le parisien il vaut mieux l’avoir en journal

  4. 04/01/2011 à 04:01

    Et bien voyez-vous, chère Corrine, je ne suis pas d’accord.
    C’est un peu trop facile de se pointer quotidiennement dans une salle d’attente dès l’ouverture, et avant tout le monde pour dire qu’on n’a mal nulle part.
    C’est pas les urgences ici. Enfin, on est pas chez Meirelles, quoi!

  5. 5 Dr. Morisset
    04/01/2011 à 08:23

    Je pense qu’il faut sortir de ces logiques de Preums.

  6. 6 Dr. Morisset
    04/01/2011 à 08:47

    Je ne suis pas sûr qu’on y gagne à connaître l’avis d’un Corse…

  7. 7 Boby
    04/01/2011 à 14:56

    PTDR, elle m’a trop fait loler cette chronique!

  8. 8 Dr. Morisset
    04/01/2011 à 15:13

    Boby tu sais qu’on est toujours bien reçu chez moi.

  9. 06/01/2011 à 00:02

    je découvre ce blog et j’ai bien ri ! et puis de toutes façons les parisiens je les adore et surtout pas en journal !

  10. 06/01/2011 à 09:54

    « en même temps l’église condamne aussi la sodomie » génial 🙂

  11. 11 Dr. Morisset
    06/01/2011 à 13:24

    C’est génial parce que c’est vrai surtout.

  12. 12 Dr. Morisset
    06/01/2011 à 13:36

    Et les Parisiens du Parc des Princes?

  13. 06/01/2011 à 16:24

    ah ben non pas ceux-là ça va de soi ! et puis le parc des princes, c’est vraiment à Paris ?

  14. 14 Dr. Morisset
    07/01/2011 à 13:20

    C’est quand même dans le 16e.
    Attention la polémique si tu dis que le 16e n’est pas Paris.
    à ce compte là, les hauts-de-seine ne sont plus l’ile-de-france.

  15. 15 corrine
    08/01/2011 à 06:13

    Logique de ? « preums » ?! aahhh pardon; sérieux?!( non rien, je vous donne raison, je me suis trompée de service )
    Bien fait de repasser par là, il y a des choses intéressantes à côté desquelles j’ai failli passer!
    Finalement, pour avoir fait les 2, juste lectrice ici c’est le mieux.
    Chacun cherche son chat comme il veut.
    Très très bien la constance du jardinier, j’adore, cher Maître Letour, il en faut des comme ça pour pouvoir continuer tranquilles sans s’occuper de rien …

    « dans une salle d’attente dès l’ouverture, et avant tout le monde »=>
    Observez bien à l’occasion, y a très souvent eu un petit écart de temps entre ma prose et l’heure de l’article. De quoi faire tous « preums ! », lecteurs de chez Morisset.
    Je le sais: je lisais quand le mail de parution tombait sous mes yeux, je repartais, je revenais relire plus tard, sachant déjà ce que j’avais envie d’en penser et je disais, ou pas.
    Calamity Jane faisait mieux au tir, je pense.
    Bah ici, 2011 ce sera oupah.
    Faut pas s’attacher aux lieux ni se filer des habitudes, ça ne sert à rien.
    C’est illusoire.

    Mis à part ce qu’il en raconte, même pas fichue de visualiser à quoi ça correspond un Dr Morisset en fait, il est plus avancé me concernant.
    Moi je lis, me demande à quoi ça peut me servir un « preums » ?( pas reçu le règlement intérieur du commentaire en m’abonnant à vos articles, Dr, dommage )

    , »pour dire qu’on n’a mal nulle part. » <= ça, c'est comme le reste … je vous laisse en juger comme vous voulez, hein.
    Bonne continuation.

  16. 08/01/2011 à 23:06

    t’as une bonne bouille quand tu te marres.

    Une année j’ai vu ma mère donner des étrennes à une dame que je ne connaissais pas le moins du monde. Je me suis posé pas mal de questions cette année là.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès