18
Fév
11

On a les clients qu’on mérite

Ma récente adhésion à l’association des Amis de l’Hôtel de la Marine m’a valu les railleries d’un client.

Le secret m’oblige à ne pas divulguer son identité mais rien à foutre. Il s’appelle Jean Brice. (en deux mots) C’est moche de sa part parce que j’avais tout le loisir de me moquer de son nom débile ou de sa cravate ridicule…

Les Amis de l’Hôtel de la Marine, c’est une association très sérieuse (de droite) dont le but est d’alerter le Président de la République Mr Sarkozy sur l’impopularité d’une cession de l’Hôtel de la Marine au secteur privé. Les membres de l’association sont tous des gens qui ont reçu une bonne éducation. Y’a qu’à regarder le nom du Président ou du top 8 des signataires de la pétition…

Attention Jean-Édouard Fabre, c’est pas le mec du Loft. Que du lourd parmi les signataires! La pétition envoie tellement que le Président Sarkozy en a pris acte. Il a confié à Valérie Giscard d’Estaing, le pape du centrisme, la direction de la commission de réflexion sur l’avenir de l’Hôtel de la Marine. Et je dois admettre qu’n dort tous beaucoup mieux la nuit depuis.

En tout cas ça a bien fait marrer mon client Jean Brice (dit « JB ») qui m’a traité de clown.

Le client qui me traite de clown quoi…

Sa remarque ne m’a pas surpris en même temps. Il faut savoir que ma famille m’a depuis toujours prêté une vocation de comique.

On me voyait un avenir radieux chez Pinder, à l’époque Laurent Ruquier n’existait pas.

Autant dire que j’ai fait pas mal de déçus quand j’ai eu mon diplôme de médecine. Ça a engendré beaucoup d’incompréhension et pas mal de disputes…

J’ai fait mon chemin dans la santé. La culpabilité m’a malgré tout poussé à honorer le souhait le plus cher de mes ancêtres : faire le pitre.

Depuis toujours mon créneau humoristique c’est la remise en question. Je m’appuie beaucoup sur le comique de la pensée Cartésienne. Le cogito de Descartes est à la base de tout mon travail.

Remise en question <=> Création de sens <=> Blague

Sauf que je n’ai malheureusement pas réussi à m’exclure de ce questionnement incessant. Je pense qu’un Socrate (« connais toi toi-même »), une Gloria Gaynor (« I am what I am »), voire un Mano Solo (« tripote moi la bite avec les doigts« ) ne sont pas étrangers à tout ça. J’ai donc fini par me remettre en question moi même. Et je me suis dit :

Et moi? Suis-je vraiment drôle dans le fond?

Putain c’est en plein milieu de cette crise existentielle que je suis passé devant des affiches de théâtre.

Je me suis retrouvé en face du Talent, du vrai. Celui qui s’exprime devant des milliers de personnes chaque soir au Théâtre des 2 ânes.

Ceux qui s’essaient à l’art subtil de la vanne savent que la satire du gouvernement un exercice périlleux.

J’étais en face du Talent, celui qui se prolonge.

Comment traiter du quotidien avec autant de sophistication que Françoise Royès?

J’étais en face du Talent, celui qui vous colle des complexes.

Comment lutter contre l’humour sensuel d’une Isabelle Mergault? (irrésistible en nuisette)

Moi je ne suis qu’un poids mouche sur le ring de l’humour. Et j’essaie même pas d’être cynique là.

Voilà des gens qui font avancer un peu la société avec une critique en profondeur du pouvoir, une vraie remise en question de la routine ou une analyse pointue du couple. Je suis admiratif de ces amuseurs publics et populaires qui font autant de sens tout en faisant marrer.

Et surtout je respecte le goût du grand public.

J’en conclus que certains méritent la gloire. Et d’autres méritent les Jean Brice…

Crédit : Getty Images

Publicités

4 Responses to “On a les clients qu’on mérite”


  1. 1 Djiz
    20/02/2011 à 14:50

    Mais nan, Doc, faut pas dire ça. T’as une masse d’aficionados en furie qui frétille d’excitation à la lecture de chacune de tes réflexions fondamentalistes hautement stimulantes pour l’esprit.

    J’suis sûr que si tu passes à l’Olympia on sera des milliers, que dis-je des millions à t’acclamer et à se délecter de tes frasques. Même que tellement tu seras classe, Michel t’appelera pour passer un dimanche sur son canap’. Par contre, si tu pouvais m’avoir des invit ça m’arrangerait, ça m’emmerde de donner de l’argent pour la « culture ».

    Ndlr : mon cousin s’appelle Jean Brice, ma cousine aussi et tous leurs gosses, donc moyen sur la blague, ressaisis-toi un peu.

    Sinon j’adore c’que tu fais, change rien!

    Putain j’ai la langue râpeuse aujourd’hui, je sais pas d’où ça vient…

  2. 2 Dr. Morisset
    20/02/2011 à 16:21

    C’est gentil mais tu sais, mes pompes sont faites pour marcher, pas pour être cirées…

    Des fois, je rêve que je suis au stade de France en train de faire une lecture devant un public attentif.
    A la fin, les 80.000 personnes commencent à allumer leurs briquets. Puis ça rigole dans tous les sens.
    Moi je regarde la foule en délire, les larmes aux yeux. Et je susurre au micro un « J’t’aime! » digne de Patrick Bruel.

  3. 23/02/2011 à 22:57

    C’est dommage, je t’aurais bien vus dans la marine marchande (le coup de l’uniforme sans doute).

  4. 4 Dr. Morisset
    27/02/2011 à 00:26

    Fantasmer sur les uniformes ça ne se fait plus depuis que les Village People sont morts.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Les articles à succès