08
Mar
11

La journée de la femme, c’est pas la fête des mères

Le toupet des gitans n’en finira plus de m’impressionner. Ce matin, j’étais dans le métro pour me rendre à une consultation à domicile à l’autre bout de Paris lorsqu’une gitane est montée dans le wagon.

Cette femme à l’air malicieux arborait un petit écriteau sur lequel on pouvait lire tout le malheur de sa vie :

pas travail, pas chômage, pas logement

Elle passait dans les rangs, l’air grave et silencieuse, dans l’espoir que les voyageurs lui donnent plus qu’une petite pièce, un peu d’espoir.

Je n’eus besoin que d’un rapide coup d’œil pour remarquer quelques fautes d’orthographe grossières sur sa feuille. Non seulement elle n’aurait pas mes centimes. Mais en plus cette garce allait entendre parler du pays. Parce que s’il y a bien quelque chose que j’ai en horreur, c’est qu’on écorche la langue de Molière!

Je sentais ma pression artérielle monter à son approche. Elle ne se doutait pas de la gueulante qu’elle allait se prendre. La comprendrait-elle seulement?

Puis je me suis souvenu qu’aujourd’hui c’est la journée de la femme.

J’ai été beau joueur, j’ai respecté le cessez-le-feu. J’ai rien dit. J’ai fermé ma gueule. Je n’ai pas posé mes yeux sous sa robe. (cf Patrick Fiori) Je l’ai laissée traverser le wagon sans lui prêter attention, le sort s’étant chargé de la punir à ma place par une collecte quasi nulle.

Je me suis ravisé donc mais plus tard dans la matinée je m’en suis voulu.

Je m’en suis voulu d’avoir été faible et d’être tombé dans son panneau, celui des femmes :

user de leurs faiblesses pour mieux parvenir à leurs fins.

Le but ici n’est pas d’alimenter le conflit éternel hommes-femmes. Je ne connais que trop les risques de tomber dans les mêmes dérives machistes qui ne mènent nulle part. Il s’agira plutôt de questionner la pertinence de la journée de la femme et de rétablir une vérité qui avait été formidablement résumée dans un film génial de Claude Lelouch.

Certes le monde d’une femme n’est pas facile.

Prenons l’exemple de Tania Bruna Rosso. Je reconnais volontiers que le boulot de chroniqueuse tendances est rendu particulièrement difficile par internet. Elle se bat chaque jour pour justifier son existence.

C’est dur d’être une femme, c’est vrai.

D’autant qu’elles se font pas de cadeau entre elles. Je le vois tous les jours à l’hôpital. Nous on mate le foot en buvant des bières, alors que les nanas passent leur temps à se faire des coups de pute.

C’est pas comme ça que vous deviendrez les maitres de l’univers mesdames!

Ne victimisons pas les femmes cependant.

Car elles ont fait leur chemin ces dernières années : elles conduisent, elles votent, elles portent des jeans, dans la plupart des couples ce sont souvent elles qui ont la chance de faire les courses.

Les femmes ont l’habitude de râler parce qu’elles ne touchent pas autant d’argent qu’elles le voudraient. Et l’argent elles aiment ça! (Pourquoi n’y a-t-il que des hommes parmi les moines bouddhistes?)

On compte néanmoins de plus en plus de patronnes parmi les femmes : Anne Lauvergeon, Nelly Biche de Bère, mais aussi Marie-Laure Loffredo

En fait ces garces s’en sortent très bien.

Isabelle Alonso c’est une sorte d’épouvantail qui ne sert plus vraiment à grand chose aujourd’hui.

Ne les victimisons donc pas, et surtout ne les glorifions pas non plus.

Rappelons-nous que Michelle Alliot-Marie est une femme. Et n’oublions pas que les femmes font autant de saloperies que les hommes lorsqu’elles finissent en prison.

La femme est malice et l’homme est naïveté.


Alors messieurs, c’est à vous que je m’adresse :

SOYONS SUR NOS GARDES. NE NOUS LAISSONS PAS AVOIR PAR TOUTES CES CONNERIES. PAS DEUX FOIS!

Publicités

9 Responses to “La journée de la femme, c’est pas la fête des mères”


  1. 08/03/2011 à 15:46

    La thèse sous-jacente, c’est que tu veux des patients en leur empêchant de bouffer des pommes. Parce qu’an apple a day keeps the doctor away.
    On voit clair dans ton jeu.

    * croque. *

  2. 2 Dr. Morisset
    08/03/2011 à 15:51

    Ce que je veux c’est faire du business (en faisant du sens)

  3. 08/03/2011 à 17:12

    Tu es mûr pour mettre la robe… et partir en retraite au Vatican

  4. 4 Dr. Morisset
    08/03/2011 à 19:18

    Laisse tomber je boufferai pas ta pomme!!!

  5. 09/03/2011 à 22:27

    Certes, nous les femmes, on est toutes des salopes. Ceci étant, la Femme c’est la vie (et plus si affinité)

  6. 6 Dr. Morisset
    09/03/2011 à 23:01

    Quand on voit ce que vous en avez fait de la vie…
    L’inventeur de VDM n’est-il pas une inventeuse?

  7. 09/03/2011 à 23:21

    Ca reste à prouver

  8. 8 Dr. Morisset
    09/03/2011 à 23:26

    Viedemerde.fr (VDM) est un site web créé en 2008 par Maxime Valette, transsexuel notoire.

  9. 10/03/2011 à 08:30

    C’est pas une preuve
    (oui je suis une femme, une chieuse donc)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès