17
Mar
11

La drogue de Sheen

Oui je prends de la drogue. Et ça s’appelle Charlie Sheen.
(Charlie Sheen)

Jean-Claude Van Damme n’a pas eu la chance que les anglophones puissent comprendre ses fulgurances. « Aware » ça n’a absolument rien de ridicule en anglais. Charlie Sheen peut donc faire profiter un public bien plus large de ses lumières, au risque de devenir la risée du monde entier. Le craquage est malheureusement complet. Mais au delà du craquage je m’intéresse surtout à la fragilité de l’individu, car Charlie Sheen représente aujourd’hui toute l’incapacité d’un homme à évoluer dans le monde qui l’entoure. Il développe une allergie assez extrême. Il est moqué. C’est dommage parce qu’on ne sait pas de quoi demain sera fait, et que les Japonais se moquaient des Haïtiens. Pauvre Charlie, petit oisillon blessé. Jésus n’aurait certainement pas permis qu’on traite l’un de ses enfants ainsi. Moi en attendant la drogue que je prescris, ça s’appelle le Doliprane. Et c’est 89,90 euros sur ordonnance uniquement.

Publicités

2 Responses to “La drogue de Sheen”


  1. 17/03/2011 à 22:37

    Petit oisillon qui tabasse ces copines… mwé. Pas sur que e Doli suffise dans son cas!

  2. 2 Dr. Morisset
    18/03/2011 à 10:57

    Ses copines sont des prostituées, ça ne compte pas.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès