05
Août
11

Faut-il faire un cas du Qatar?

Pour certains, la vie c’est soit un drame, soit une comédie.

Notons que ceux qui font une telle partition du monde sont aussi souvent ceux qui disent Jean qui rit, Jean qui pleure;  Telle mère, telle fille et autre Pleure tu pisseras moins.

Pour moi, ça n’a rien à voir. C’est beaucoup plus complexe. Pour moi la vie, c’est plutôt comme un match de foot.

Donc quand le monde entier est suspendu au règlement de la dette américaine, je pose une question autrement plus pertinente :

Mais qu’est-ce qui se passe au Qatar pour que les mecs en foutent le camp après 6 mois?

Mais d’abord… qu’est-ce que le Qatar?

Le Qatar c’est un émirat, ce qui est souvent synonyme de pognon.

C’est un pays producteur de pétrole de taille moyenne, membre agrée de l’OPEP. Mais ce que les gens savent moins, c’est que le Qatar est aussi le troisième producteur de gaz naturel du monde après l’Iran et la Russie, premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié.

Qu’est-ce que le gaz naturel liquéfié? J’ai envie de dire qu’on s’en fout.

Au Qatar il y a donc du fric.

Tellement de fric qu’ils peuvent nous faire tourner en bourriques dès qu’ils le veulent.

Mais tellement de fric à ne plus savoir quoi en foutre non plus. Ce qui peut parfois devenir un problème.

Pendant longtemps, les mecs étaient contents entre eux. Puis comme des fils uniques, ils ont fini par être contraints de voir ce qui se passait ailleurs parce que c’est sain d’avoir des copains aussi, surtout quand ils ont moins d’argent que nous.

Il y a quelques années, les émirs se sont dits qu’ils allaient investir dans le foot.

C’est ainsi que le Qatar s’est transformé en cimetière des éléphants : on y venait raccrocher ses crampons, au crépuscule de sa carrière.

Romario en son temps est venu jouer à Al Saad pour trois petits mois… et 1,4 gros millions d’euros.

Gabriel Batistuta a fait de même. Même Franck Leboeuf a fini au Qatar. Et pourtant c’était difficile à imaginer en 1988 alors qu’il faisait ses débuts chevelus à Laval…

Puis des joueurs moins côtés comme Amara Diané ont eu droit à leur ticket pour le Qatar.

Parce que finalement on peut avoir du fric et envie d’en faire partager les autres. Les Qatari ont le droit d’aimer les idées des socialistes. Après tout le pognon, c’est pas que pour les stars. Tout le monde y a droit!

On comprend donc pourquoi on y va :

SALAIRE > CHALLENGE SPORTIF

Aujourd’hui, le jeune Youssef El Arabi snobe Valence, grand d’Europe, pour rejoindre Al-Hilal en Arabie Saoudite. (Qatar et Arabie Saoudite, c’est presque la même chose).

Mais la question c’est combien de temps va-t-il y passer?

Parce que ce qu’on ne comprend pas, c’est pourquoi on n’y reste qu’aussi peu de temps.

En effet, au Qatar on n’y fait pas long feu. Pascal Feindouno en est parti bien vite. Juninho est retourné au Brésil.

Voilà quelques hypothèses…

Parce qu’il y fait trop chaud?

Pas sûr. En Angleterre, il fait un temps de merde et ça ne décourage pas les meilleurs.

Peut-être parce que les stades sont vides?

Pas sûr. Y’a bien des joueurs qui viennent jouer à Monaco.

Parce qu’on peut pas se reconvertir une fois que la carrière est finie?

Pas sûr. Stéphane Guivarch pourrait très bien vendre ses piscines là bas.

Parce que les footeux sont des fiottes et que les homosexuels sont envoyés en prison au Qatar?

Oui mais non parce que si les Qatari ont misé sur le PSG, c’est que ça doit pas être une équipe de tapettes!

Mais alors… pourquoi?

Certains diront que c’est l’appât du gain : les joueurs viennent pour prendre le pognon puis s’en vont.

Mais c’est peut être aussi justement l’appât du gain qui fait que les joueurs s’en vont. Car ça n’est pas pour ça qu’un footeux se réveille le matin. Ça n’est pas pour ça qu’un footeux va en boite le samedi soir. Un footeux ça vit pour l’amour du ballon, l’amour du projet, comme le disent si bien les nouvelles recrues du PSG.

A l’heure où tout le monde porte les rugbymen aux nues. A l’heure où tout le monde se prend d’affection pour les footeuses, moi je rappelle que y’aura jamais rien de plus beau qu’un joueur de foot.

Finalement le Qatar est là pour nous rappeler que y’a pas que l’argent dans la vie.

Et il nous rappelle la noblesse d’âme des footballeurs.

Reste juste à espérer pour eux que l’amour des Qatari pour le ballon rond durera autant que leur amour de la moustache.

Publicités

3 Responses to “Faut-il faire un cas du Qatar?”


  1. 2 Me Morisset
    20/10/2013 à 10:45

    On apprécie toujours l’objectivité d’un bon commentaire comme celui-là…

  2. 3 Anonyme
    10/01/2016 à 15:17

    Absolument parfait, dommage que l’article soit un peu court…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès