19
Août
11

La liberté de Cameron

La liberté d’information peut être utilisée pour de bonnes causes.
Mais elle peut aussi l’être pour de mauvaises.

(David Cameron)

David Cameron était pour le moins furax quand il a du revenir de Toscane en catastrophe parce que des dizaines de couillons s’étaient mis en tête de foutre la merde à Londres et à Birmingham en souvenir de l’un des leurs tués par la police. Les émeutiers auraient planifié leurs braquages via les réseaux sociaux. Le Premier Ministre britannique qui n’est pas un conservateur pour rien a tout simplement menacé de les priver de Twitter et de Facebook. Une décision qui aurait pu être prise par n’importe quel dirigeant Est-Allemand de l’époque ou Chinois d’aujourd’hui. Une conception un peu archaïque de la liberté. C’est un peu comme si David Cameron voulait priver tout le monde de machines à sous alors que tout le monde sait qu’il faut plutôt laisser les gens libres de s’amuser dans les casinos – tout en les surveillant de près avec des caméras. C’est ça la liberté. Moi je laisse mes clients libres de me régler 89,90 pour leur Doliprane. Et ça marche.

Publicités

0 Responses to “La liberté de Cameron”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Les articles à succès