04
Sep
11

La mandoline de Mélenchon

Je ne veux pas continuer de jouer de la mandoline pendant qu’on me jette des seaux d’eau froide.
(Jean-Luc Mélenchon)

Jean-Luc Mélenchon est un mauvais galant : certes il se fait entendre, mais il chante mal et en plus il est impatient. Ce manque cruel de romantisme pourrait lui jouer des tous à l’approche des élections présidentielles. Car à l’heure où tous les candidats se rapprochent dans un jeu complexe d’alliances visant à se débarrasser des uns pour mieux prendre de l’avance sur les autres,  Jean-Luc Mélenchon semble bien parti pour représenter à lui seul le front de gauche. Il n’a pu s’empêcher d’exprimer sa lassitude à propos d’Olivier Besancenot qui tarde à répondre à ses avances. Jean-Luc Mélenchon rompt ici avec le syndrome dit d’Assurancetourix. Exprimé de manière plus simple : il fait sa catharsis. Un peu comme moi le jour où je me suis décidé à ne plus vendre que du Doliprane pour qu’on me jette des chèques de 89,90 euros à la figure.

Publicités

0 Responses to “La mandoline de Mélenchon”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès