14
Sep
11

La guerre des connards

On ne parle que de Christophe Lemaitre mais moi aussi dans mon temps j’ai été un champion du 200m.

Je me rappelle de ces meetings d’athlétisme comme si c’était hier : la chaleur de la piste, l’odeur du tartan, la ferveur dans les tribunes, l’odeur de caca froid dans les starting blocks… Je me rappelle aussi des séances interminables de musculation, les heures d’entrainement sous la pluie, les vomissements post 400m. Autant d’efforts qui ne me font pas regretter de ne plus être un athlète aujourd’hui. Et pis j’aimais bien la compétition avec soi-même mais je ne raffolais pas de la rivalité.

Même si la rivalité ne disparaît jamais vraiment…

En tout cas quand j’ai vu Christophe Lemaitre et Usain Bolt célébrer leurs médailles comme deux attardés, je me dis que la rivalité n’a pas que du bon.

Je suis conscient d’être passé à deux doigts de finir débile léger comme ces deux abrutis.  Je veux dire c’est sympa de s’amuser comme des chiens fous pendant une remise de médaille. C’est beau de ne pas se prendre la tête. C’est une rivalité presque « saine ». Mais sachons néanmoins rester intelligent.

La rivalité, c’est pas que de la concurrence. C’est de la jalousie. Et la jalousie ça rend con.

Ça conduit des gamins à se faire une guerre des boutons complètement inutile.

Une guerre sans intérêt entre les enfants de Longeverne et ceux de Velrans. Une guerre avec que des perdants à la fin. Si seulement ces incultes avaient lu Shakespeare, on aurait pu éviter tout ça.

La rivalité ça conduit aussi des réalisateurs nombrilistes à sortir le même film au même moment.

Ainsi Yann Samuell sort sa guerre des boutons.

Avec dans ses rangs, Eric Elmosino (cf Gainsbourg), Fred Testot (cf Omar et Fred) et excusez du peu Alain Chabat, derrière Mathilde Seigner.

La guerre des boutons de Yann Samuell fera face à celle de Christophe Barratier, poids lourd du film bien franchouillard. (cf Les Choristes)

Du beau monde dans son équipe également : Laetitia Casta, Guillaume Canet, Kad Merad derrière Gérard Jugnot.

Quel gâchis quand même.

Putain merde quoi! Sachons grandir un peu et sortir de nos querelles de clocher. Abel et Caïn ça a mal fini. La guerre froide a failli causer la fin du monde. La guerre des boutons va être un désastre cinématographique.

La jeu des rivalités n’en vaut souvent pas la chandelle. En l’occurrence, le sujet du film est complètement dénué de sens et son parfum de nostalgie est fétide. Il s’agit là d’une France d’hier qui n’a plus rien à voir avec celle d’aujourd’hui, où le seul Arabe du film c’est Kad Merad. Et qu’il s’appelle Lebrac.

Parce que parlons-en un peu des Arabes, eux dont on sait qu’ils comprennent les histoires de travers. Les mecs lisent le Coran et des années plus tard ils envoient des mecs en avion s’écraser sur des buildings en prenant Allah comme excuse. Et bien m’est avis que les racailles des banlieues se sont ni plus ni moins inspiré de l’histoire de Louis Pergaud et se livre une guerre des Boutons dans leurs quartiers.

(et dire qu’il y a des écoles qui portent le nom de Louis Pergaud)

Moi j’ai envie de dire peace on earth man! C’est pas parce que Michael Jackson (cf Heal the world) est mort. Et c’est pas non plus parce que Pierpoljak s’est rasé la barbe qu’il faut se remettre à se faire la guerre.

Comment osons nous demander aux Français d’aller au cinéma, deux fois, pour aller voir des enfants de la France pétainistes s’étriper les pantalons alors qu’ils auraient pu travailler à la construction d’un monde meilleur?

Enfin, je m’excite sur la Guerre des Boutons, mais je pense qu’il serait plus sage de demander son avis à Laurent Boutonnat.


Publicités

0 Responses to “La guerre des connards”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Les articles à succès