26
Oct
11

Pas besoin d’être critique littéraire

J’ai l’oreille bien pendue. L’autre jour, j’ai surpris deux de mes clientes en salle d’attente en train de parler du dernier livre d’Eric Emmanuel Schmitt


Je savais qu’Eric Emmanuel Schmitt avait écrit Odette tout le monde. J’étais donc surpris qu’on puisse en dire du bien, même si les clientes en question n’étaient pas des flèches.

J’ai donc décidé d’acheter son bouquin pour me faire une idée. Après une lecture minutieuse, je me suis dit que je devais en faire un article pour rétablir quelques vérités.

Le pitch : l’histoire de trois nanas, à trois époques différentes.

  • D’abord, il y a Anne qui vit à Bruges au temps de la Renaissance
  • Ensuite il y a Hanna qui vit dans la Vienne impériale du XXe
  • Et enfin il y a Anny qui est actrice à Hollywood, de nos jours

Certains y voient un plaidoyer en faveur du beau sexe avec ses forces et ses faiblesses. J’y vois plutôt l’histoire sans intérêt de trois pouffiasses. Et pour mieux comprendre mon point de vue, il faut aller plus en détails de chaque histoire.

D’abord Anne, qui va se marier avec Philippe. Sauf qu’elle a des doutes car elle pense qu’elle a encore des sentiments pour Patrick. Elle ne sait pas si c’est de l’amour.


Au moment où elle doit se rendre à l’église pour faire le grand saut dans l’inconnu, elle préfère s’enfuir dans la forêt où elle finira par dire oui… à Jésus, sur les conseils d’un moine qui n’avait rien du grand méchant loup, pourtant tellement redouté par le petit chaperon rouge. (et les trois petits cochons)

Ensuite, il y a Hanna qui a rêvé toute sa vie de faire partie de la cour viennoise. Une fois qu’elle a enfin réalisé son rêve, elle se lasse et passe son temps à baver sur son mari auprès de sa copine Gretchen…

Et enfin, il y a Anny, dont on sait le genre de sucettes qu’elle aime, qui fait l’actrice du côté de Los Angeles et qui boit beaucoup pour encaisser la célébrité.

Après une soirée arrosée de trop, elle finit dans un arbre sur Sunset Boulevard. Elle se réveille le lendemain au milieu d’un groupe d’alcooliques anonymes.

Il n’y a pas trois femmes dans le miroir mais une seule. Et cette femme laisse apparaître le reflet d’une personne qui refuse de s’engager, d’une personne qui n’a pas le désir de vivre le quotidien de la vie d’un couple ou d’une personne tout simplement incapable de faire face à ses responsabilités. Au final, la femme au miroir c’est avant tout l’histoire d’une nana qui se fait chier dans sa vie et qui passe son temps à parler de son insatisfaction…

Quelque part, c’est finalement assez logique que cette histoire passionne des milliers de greluches. Quand on voit le niveau de ce qu’elles lisent par ailleurs…

Quand on peut réduire un homme à sa première nuit, pas étonnant qu’on puisse avoir des frissons en lisant Eric Emmanuel Schmitt.

Le sens aujourd’hui, c’est du côté des revues de mecs, comme la revue Histoire, qu’il faut aller le chercher. Histoire, c’est peut-être un magazine de mecs qui ont passé la soixantaine, mais qui a le mérite de poser les vraies questions…

C’est vrai : comment un jeune peintre en bâtiment comme Hitler a pu finir en leader fasciste arborant fièrement bermuda et chaussettes longues?

Et dans un autre genre, si vous aimez les drames, pas besoin de lire autre chose que l’Equipe. Il y avait tout ce qu’il faut dans le numéro de lundi, après la défaite des Bleus contre la Nouvelle-Zélande, entre émotion et mauvaise foi.

Publicités

4 Responses to “Pas besoin d’être critique littéraire”


  1. 26/10/2011 à 23:17

    Le joueur de rugby a les mêmes chaussettes hautes. Dois-je m’inquiéter ?

  2. 2 Dr. Morisset
    27/10/2011 à 09:06

    Le risque c’est qu’à terme la France soit dirigée par la dictature du Sud Ouest… Une dictature où tous ceux qui n’aiment pas le cassoulet se sentiront bien seuls.

  3. 28/10/2011 à 11:07

    J’aime beaucoup cette critique!!!
    Poilant…
    Un petit lien rapport à votre réponse précédente:

  4. 4 Dr. Morisset
    28/10/2011 à 11:49

    Ahaha… je pense que les plus vieux seraient les premiers à nous envoyer faire la guerre s’ils le pouvaient.

    cf Vous foutez la panique au pays du cassoulet!

    cf JE MANGE FRANCAIS!!

    cf Je crois qu’on va arriver à foutre le feu!

    ils ne font pas que faire tourner des serviettes dans le sud ouest.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès