04
Nov
11

Les dégâts du sport

J’aime la Toussaint. J’ai salué les morts en passant ma journée à glander sur le canapé, ce qui m’a rappelé au passage la piètre qualité de la programmation TV les après midi de jours fériés.

De retour au travail, j’ai eu une discussion assez intense avec un client en phase terminale…

Je lui expliquais, avec beaucoup d’émotion, que personnellement si j’avais le choix de comment mourir, j’aimerais bien finir ma vie comme un feuilleton TV sur France 2 un dimanche après midi de novembre… (J’y peux rien, je suis romantique)

Mon futur ex-client, ancien latéral du Club Omnisports Les Ulis, était dans un tout autre délire. Il m’a répondu de manière beaucoup plus radicale qu’il aurait préféré tomber sur une pelouse, comme un Molière du ballon rond…

Cette pesante discussion avec mon client m’a tout de suite renvoyé aux heures les plus sombres du foot qui ont vu Miklos Feher ou Marc-Vivien Foé s’écrouler sur le champs de bataille footballistique.

On savait depuis depuis longtemps que le sport pouvait faire mal, aux genoux notamment…

Les décès des footeux nous ont appris qu’on pouvait mourir du sport, sans forcément conduire une voiture de course…

RIP Dan Wheldon

… ou une moto de course.

RIP Marco Simoncelli

Et encore on se parle de morts foudroyantes.

Mais il y a quelque chose qu’on vient de découvrir  et qui pourrait faire beaucoup de bruit à l’heure où on conseille à tout le monde de faire du sport pour garder la forme. C’est que l’exercice physique peut accélérer la mort.

Pour des raisons éthiques discutables, on n’a toujours pas le droit d’évoquer le dopage. Car non les footballeurs ne se dopent pas!

Les produits dopants n’aident pas les tennismen (ou tenniswomen) à gagner en technique.

Et non Lance Armstrong n’est pas mort de son cancer.

Et malgré tout…

RIP Laurent Fignon

C’est pourtant le fait qu’on n’ait pas le droit de parler du dopage qui fait que la mort de Florence Griffith Joyner à l’âge de 39 ans seulement restera à jamais un mystère médical… malgré tout notre savoir sur l’épilepsie.

Bref, les sportifs, par leur pratique, peuvent connaitre la mort plus rapidement que ceux qui ne pratiquent pas.

C’est ce qu’on vient d’apprendre du football américain.

Je précise tout de suite qu’on se parle de football américain, pratiqué par les hommes, pas du football américain pratiqué par les femmes.

Reconnaissons aux femmes qu’elles ont su, contrairement aux handballeuses, basketteuses, footballeuses… autres sportives, faire en sorte que leur sport reste absolument passionnant.

Mais on se parle ici du football américain… celui qui fait mal.

Celui où les mecs se rentrent dans le lard…

Celui où les mecs se mettent des taquets!


Et bien suite à l’autopsie du cerveau d’un ancien joueur de foot américain, il a été prouvé que le football américain était mauvais pour la santé. Dave Duerson avait demandé à ce que son cerveau soit autopsié suite à son suicide, Il est ressortie de l’analyse que les chocs subis au cours d’une carrière de footballeur peuvent en effet entrainer des lésions conduisant à des migraines, des absences… et dans le pire des cas dans un état de dépression grave.

Alors on savait que la tête de Basile Boli contre le Milan AC en finale de Coupe d’Europe lui avait couté une dizaine de neurones.

On sait désormais pourquoi les footballeurs américains broient du noir après leur carrière avant de se donner la mort.

Arrivera-t-on à prouver un jour que le sport rend con, sans avoir besoin de prendre des coups dans la tête?

Publicités

0 Responses to “Les dégâts du sport”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès