21
Nov
11

Phénoménologie de la connerie

L’autre jour, j’étais en consultation avec un enfant qui souffrait d’une vilaine grippe. Tout se passe normalement. Il tousse deux, trois fois. Je lui prends la température. Je regarde ses oreilles. Je prends le temps et je lui rends mon verdict : trois jours d’arrêt de garderie. C’est là qu’il m’a posé une question..

J’étais stupéfait à la fois par la naïveté et la profondeur du garçon. Plutôt que de me lancer dans une définition précise que j’aurais copiée sur wikipédia, j’ai préféré lui dire de mettre à profit ces quelques jours d’arrêt pour aller voir (avec ses parents) Contagion, le dernier film de Soderbergh.

Contagion c’est un gros casting : Matt Damon, Laurence Fishburne, Jude Law, Kate Winslet (cf Jack si tu sautes moi je saute) et Marion Cotillard (Taxi, Taxi 2, Taxi 3) en plein milieu de l’affiche, visiblement en bien meilleure santé que Gwyneth Paltrow.

Contagion c’est l’histoire d’un virus qui se propage dans le monde entier. Et quand je dis monde entier, ça veut dire les States, le Mexique, la Russie, le Middle East, le Benelux… mais ça inclut aussi la Haute-Saône.

Au début, les patrons de l’OMS, encore un peu échaudés par la bulle du virus H1N1, prennent ce virus de haut.

– Les médecins de l’OMS sont habillés en costard, pas en blouse blanche. Ça n’en fait pas moins d’eux de bons professionnels de la santé. Je rappelle que la santé est un business aussi légitime que le business du sport ou le business du cul –

Le virus s’avère finalement très efficace. Il tue beaucoup plus de gens que prévu et en un temps record. L’OMS doit se retrousser les manches…

C’est un Laurence Fishburne tout moustachu qui s’y colle. Le problème c’est que non seulement il doit faire face à la mutation permanente d’un virus beaucoup moins rigolo que le H1N1, mais en plus il doit gérer la panique de la population.

Une panique qui se répand d’autant plus vite que des bloggueurs influents comme Jude Law rajoutent de l’huile sur Twitter.

Qu’on se rassure, à la fin une chercheuse va trouver un vaccin. Elle va le tester en se piquant dans la cuisse dans une scène d’une rare intensité. Puis ce vaccin va permettre à ceux qui sont encore en vie de continuer de l’être, pour le plus grand bonheur des laboratoires pharmaceutiques.

Au final, Contagion c’est pas mal pour se rendre compte qu’aujourd’hui, une maladie peut se propager aussi rapidement qu’une vidéo sur YouTube.

Ça permet aussi de réaliser qu’on est beaucoup trop nombreux sur terre.

Ça montre clairement que des gens qui meurent, c’est pas perdu pour tout le monde.

Ça permet de comprendre que ceux qui sont au contact de la maladie pour la soigner peuvent la contracter. Parce que oui figurez-vous que les médecins chopent aussi la grippe parfois!

Enfin Contagion explique de manière très simple que la rencontre inattendue d’une chauve-souris et d’un porc peut avoir des conséquences plus désastreuses qu’une bonne vieille bombe atomique.

Mais Contagion ne rappelle pas que de toutes les maladies contagieuses, la connerie reste encore celle qui s’attrape le plus facilement. Et qu’il n’y a pas encore de vaccin connu à ce jour. La solution pour prendre le moins de risques, c’est peut être encore de ne pas faire d’enfant. Cette solution reste encore plus pratique que d’être végétarien, ou de refuser de serrer la main aux gens. La société sociale dans laquelle on vit ne nous pardonnerait jamais un tel autisme.

Donc il faut continuer de faire semblant, de jouer le jeu, et surtout d’éviter les emmerdes. Et c’est important de savoir les voir venir les emmerdes…

Crédit : Getty Images

Publicités

0 Responses to “Phénoménologie de la connerie”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès