24
Déc
11

L’envie de Bent

Parfois j’ai envie de ne plus être en vie.
(Amel Bent)

Les embouteillages, ça n’est pas que sur le périph le vendredi soir. Les embouteillages on en trouve plein dans la chanson française. C’est pas facile d’être un chanteur original aujourd’hui et ça le sera encore moins demain. C’est pour ça qu’Amel Bent doit aller chercher l’inspiration très loin au fond de sa dépression pour trouver un nouveau titre de chanson. Parce que clairement Je suis envie ça n’a pas de prix, ça n’est pas à vendre et c’est surtout déjà fait. L’envie d’avoir envie tout le monde connait. Par contre l’envie de ne plus être envie, ça c’est nouveau sur le marché. C’est un peu frais, même si ça pue la mort. Et puis ça devrait pas mal coller avec le désarroi constant que trainent les jeunes de générations en générations, comme une mauvaise grippe. Une grippe qui pourrait bien sûr se soigner à coups de Doliprane, pour peu qu’on y mette le prix. (89,90 euros)

Publicités

0 Responses to “L’envie de Bent”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès