06
Avr
12

Très chers bourgeois

On vient de sortir d’un mois de mars quasi-caniculaire qui avait vu les Parisiens ressortir leur Ray-Ban le temps d’une terrasse.

Mars est derrière nous. Nous sommes désormais en plein mois d’avril avec son humeur changeante et ses températures dégueulasses. Un mois d’avril qui redonne tout son sens à la formule selon laquelle, en avril, il ne faut pas se découvrir d’un fil.

Et s’il y’a des gens qui savent ne pas se découvrir d’un fil, ce sont bien nos amis les BOURGES.

Ci-dessous une représentation classique de la figure du bourgeois parisien par le trio humoriste Les Inconnus

Attention, je n’ai pas de problèmes avec les bourges hein, je le dis tout de suite. Surtout pas à un moment où on reproche à certains médecins de gagner trop d’argent. Il n’y a pas d’animosité. D’ailleurs j’ai des bourges plein mon cabinet.

Ci-dessous des filles de bourgeois, membres des Scouts de France – en compagnie de leur mascotte, le chien Toby

Les riches savent ne pas se découvrir, dans tous les sens du terme, mais surtout dans le sens pécuniaire.

Ce qui fait la différence entre un bourge et un pauvre, c’est que le bourge ne dépense pas son fric.

Alors que le pauvre, peut-être pas excès de générosité chrétienne, dépense tout son fric, y compris le fric qu’il n’a pas.

Donc déjà les bourges ont un patrimoine, que les pauvres n’ont pas. Ils ont une meilleure gestion de leur argent, dont les pauvres manquent. Et en plus ils profitent du système en dépensant moins que les autres.


C’est quand même un peu injuste, je veux dire… sur le principe.

Disons qu’ils n’ont pas besoin de ça. C’est un peu comme si on donnait 10m d’avance à Usain Bolt au départ alors qu’il finit déjà avec 2m d’avance à l’arrivée.

Mais c’est un fait qui m’a été confirmé par le Monopoly… la vie c’est vraiment plus facile quand on a de l’argent.

Je le sais parce qu’enfant, je trichais régulièrement au Monopoly. Mon astuce c’était de faire la banque et de compter sur le peu de scrupules de mes amis de l’époque (qui ne le sont plus aujourd’hui).

Ainsi leurs 20.000 devenaient souvent 18.000 et mes 20.000 montaient chaque fois à 40.

En plus de ces petites arnaques, je me rajoutais discrètement quelques propriétés ou quelques gares, ce qui donnait lieu à de grands moments d’étonnement…

Ah! Gare St Lazare! T’es chez moi!

_ St Lazare c’est chez toi??

_ Et ouais…

Ou…

Rue de la Paix… j’achète!

_ Non t’achète pas : t’es chez moi!

_ Rue de la Paix c’est chez toi?

_ Et ouais…

Je combinais dur au Monopoly!

Et ben franchement, je peux dire que grâce à ces astuces, je finissais par gagner à tous les coups!

Dans la vie c’est pareil. Les riches partent avec un léger avantage de quelques millions et en plus ils grattent à droite à gauche, notamment au niveau des impôts. Donc pas étonnant que les bourges gagnent à la fin du jeu.

Mais la vérité c’est que je les plains. Oui oui.

Pauvres bourges en fait. Parce qu’au final je retirais de mes victoires volées au Monopoly une réelle insatisfaction.

D’abord parce que malgré mes succès écrasants, je n’étais jamais rassasié.

Au début c’était un peu la classe. Je me rappelle que les filles de ma rue m’avait identifié comme le mec imbattable au Monopoly.

Mais le sentiment de fierté s’est rapidement dissipé au fil de mes victoires…

Mon honnêteté intellectuelle et mon sens de la morale m’ont rattrapé.

Et puis surtout au final tout le monde s’est lassé de moi. Je me suis retrouvé seul, sans personne avec qui jouer.

Bon, j’ai su cultiver cette solitude pour me concentrer sur la médecine et devenir le médecin brillant qu’on connait.

Mais tout ça pour dire que les bourges sont obsédés par l’argent et par en avoir plus, qu’ils pensent que c’est cool d’avoir de l’argent parce que ça leur donne la chance d’avoir une pouffiasse assise sur le siège passager de leur berline.

Sauf qu’au fond ils n’ont vraiment pas de quoi être fiers d’avoir autant de pognon parce qu’ils tapent dans la caisse.

Et qu’ils finiront tout seuls. Comme des cons!

Tout ça pour dire aussi que ça nous ramènera pas Richard Descoings.

Publicités

0 Responses to “Très chers bourgeois”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Les articles à succès