19
Oct
12

Paris vaut bien une équipe de foot

Y’a beaucoup de gens sur la place de Paris qui croivent que je suis devenu avocat sur un coup de tête.

Croivent est de loin ma faute de français préférée. J’adore la faire.

C’est une erreur. Je suis devenu avocat sur une chanson de Patrick Bruel. (cf. qui a le droit?) J’ai pas honte de le dire, j’étais étudiant, je savais pas quel sens donner à ma vie, cette chanson m’a fait réfléchir sur les bancs de la faculté…

À l’époque plein de mecs de mon âge végétaient encore sur François Feldman, moi j’étais à fond sur Patrick Bruel. Lui avait au moins le mérite de poser les vraies questions… Bon après j’ai fait ce que mes parents voulaient que je fasse, médecine. Ça a pris du temps et de la maturation mais les choses ont fini par rentrer dans l’ordre, j’ai fini par réaliser mon rêve : devenir Maître.

J’aime beaucoup regarder le film La Firme, surtout cette scène où Gene Hackman explique pourquoi il a choisi de faire du droit : pour les jambres bronzées des assistantes.

Tout ça me rappelle que j’ai besoin d’une assistante…

Si vous êtes une femme et que vous avez des jambes, vous pouvez m’écrire.

En tout cas pour moi c’était Patrick Bruel, c’est comme ça. J’assume.

Alors quand j’entends que le nouveau prodige brésilien Neymar évoque désormais Paris comme un point de chute possible, ça m’agace.

Ça m’énerve parce que cette soudaine déclaration d’amour n’aurait jamais eu lieu il y a encore seulement deux ans, quand Sébastien Bazin était encore président. Pourtant, à l’époque, Neymar savait déjà où était Paris sur une carte… quelque part près du Portugal. (on ose espérer que les jeunes Brésiliens savent encore où se trouve le Portugal sur une carte)

Mais voilà à l’époque, Paris, c’est sûr, c’était une autre limonade. Le « Baz », comme on l’appelait du côté de Boulogne, il était moins cool que Nasser question dépenses…

Je veux dire on peut bien se foutre de la gueule de Lugano mais à l’époque c’est pas le capitaine de l’équipe d’Urugay qu’on avait sur le banc du PSG, c’était Sammy Traoré.

Alors c’est sûr, l’argent ne coulait pas à flot, les entraîneurs n’étaient pas très sexy (je pense notamment à Guy Lacombe, son mètre cinquante huit et sa moustache), les supporters étaient encore fachos… mais Paris était déjà Paris. La Tour Eiffel était la même. Les Vélibs grillaient déjà des feux rouges. Pourquoi Neymar ne parlait pas de Paris? Pourquoi Ibra quand il était triste à Barcelone n’a jamais parlé de Paris? Y’avait Kezman à l’époque au PSG. Il aurait pu avoir sa place facilement…

Pourquoi maintenant on parle du « projet » parisien?

Pour les pépettes!

Ne nous voilons pas la face, Paris est devenue bien plus attractive depuis que les Qataris y ont déposé leurs millions. Les chèques mensuels ont pris une autre dimension, attirant ainsi l’intérêt des footballeurs avides.

Donc déjà je déplore la vision trop court-termiste de footballeurs uniquement intéressés par l’argent. D’accord leur carrière ne dure que 10 ans, d’accord il faut se dépêcher de gagner le plus possible… Mais si à un moment on accuse les traders de prendre des risques inconsidérés sous prétexte qu’ils veulent partir en retraite à 35 ans sur une île du Pacifique, alors on est obligé de condamner l’attitude peu responsable de ces footeux qui ont plus l’amour du billet vert que du maillot. Je veux dire c’est quoi ces connards qui n’ont pas la valeur des choses?

Moi je dis très calmement que le pognon conduira le football à sa perte de toute façon. Michel Platini ou pas.

D’ailleurs je me prépare déjà à la décadence du football en m’intéressant à un sport où la France excelle : la pétanque. La France est quand même championne du monde de pétanque 2012, de son sport! Et tout le monde s’en fout. C’est dommage. C’est dommage pour Philippe Quintais, le Zidane du cochonnet. Un mec dont le talent mériterait bien qu’on projette sa tronche sur l’Arc de Triomphe.

Donc je regrette l’attitude de ces stars du ballon, qui n’ont même pas le panache de dire qu’ils sont contents d’être à Paris. (cf Thiago Silva qui dit après avoir signé au PSG « Si ça n’avait tenu qu’à moi je serais resté à Milan ») Et puis surtout j’aimerais rappeler que Paris est magnifique avec ou sans ses pétrodollars  La ville Lumière n’a pas besoin de tout ça, surtout pas de footeux qui vont habiter dans les Yvelines. On a vécu des années sans Champions League, on peut bien continuer à vivre sans.

Quand les Qataris partiront, il restera qui dans les tribunes? Moi je suis là pour Ibra. Mais j’étais déjà là pour Carlos Bueno. Et je serai toujours en tribunes quand on redeviendra des tocards. C’est ça la fidélité.

Publicités


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès