27
Oct
12

Kirikou est gentil, mais c’est un bel enculé

J’ai été très inspiré l’autre jour par le crise de nerf d’un employé d’Orange, version Michael Douglas dans Chute Libre, insultant une employée de la RATP.

Déjà je me suis dit que c’était pas la peine de foutre des camera de surveillance partout. On peut largement faire confiance à tout le monde pour documenter la connerie humaine grâce au téléphone portable. John Galliano sait de quoi je parle.

Ensuite en regardant ces deux cons (parce que soyons honnêtes : la nana de la RATP aurait du avoir l’intelligence de faire fermer son clapet à cet abruti), j’ai trouvé dans cette scène une sorte de métaphore de mon propre travail au sens où mon boulot c’est souvent de défendre les intérêts d’un trou du cul au détriment d’un autre. Enfin mon boulot en vrai c’est de convaincre les jurés que l’enculé, c’est le mec d’en face et pas mon client.

Alors qu’au final on est tous une bande de fieffés faux-jetons. Parce qu’on est tous aussi cons les uns que les autres. Après tout n’est plus qu’une question d’interprétation. Et l’interprétation ça se joue à des détails… d’où mon boulot.

En tout cas, je m’amuse des réactions suite à la chute de Lance Armstrong.

Révélé comme sorte de Jesse James du vélo, Lance Armstrong est enfin tombé de sa selle après des années de terreur.

Mais plus intéressantes encore ont été les réactions de tous les cocus consentants.

Le patron du tour de France Christian Prud’homme est tombé de sa chaise, tel un proviseur surpris d’apprendre que ses élèves trichaient aux examens après des années d’excellents résultats.

Christian Prud’homme le patron d’une compétition dont le palmarès va rester blanc pendant 7 ans parce que les 5 premiers ces années là ont tous été convaincus de dopage… Bonjour la compétition. Bonjour la honte.

Et puis il y a Laurent Jalabert qui se fait tirer dessus parce qu’il salue l’immense champion. Comment peut-on qualifier Lance Armstrong de champion? C’est sûr… En même temps était-ce le rôle de Jalabert de baver sur Lance Armstrong, lui qui en son temps a également bien profité de la pharmacie de la Once…

Celui qu’on appelait Jaja affectueusement n’est-il pas au final le plus honnête de la troupe?

Il y a eu aussi la réaction amusante de Rudy Pevenage, ancien directeur sportif de la T-Mobile, lui aussi victime du système Armstrong. Sans Armstrong on aurait peut-être vécu 4 ou 5 ans de Jan Ulrich, qui ne mangeait pourtant pas que de la choucroute non plus à l’époque. Rudy Pevenage accueille aujourd’hui Johan Bruyneel en salle de colle avec un grand sourire.

Le problème dans le fond c’est qu’on charge Lance Armstrong, et qu’on a raison de le faire, mais en même temps tout le monde sait qu’on ne soigne pas le mal à la racine. Car Armstrong c’est l’arbre qui cache la forêt. Nos Français par exemple, on se cache derrière leur absence de victoires en brandissant qu’eux au moins ne sont pas dopés.  On a trop peur d’admettre que même dopés, ils n’arrivent pas à battre les meilleurs.

Parce que oui les Français se dopent aussi. Être français ça nous protège pas du nuage de Tchernobyl, ça nous protège pas non plus du dopage. Vous avez déjà entendu parler de Richard Virenque ou Christophe Moreau ou Jeannie Longo?

Tout ça pour dire qu’Armstrong était sûrement un salaud, mais c’était pas un monstre non plus. Lance Armstrong c’est pas pire que Jimmy Savile.

Qui était Jimmy Savile?

Jimmy Savile c’était Top of the Pops.

C’était plutôt que c’est… parce qu’il est décédé l’an dernier.

Et il plutôt que le pauvre… parce que Jimmy Savile c’était aussi un gros pédophile.

L’animateur de la BBC aurait commis près de 300 viols sur mineurs. Alors bon c’est nul d’applaudir un mec dopé qui monte les cols des Alpes à 35km/h, mais ça craint moins que d’anoblir un pédophile.

C’est les Belges qui doivent se marrer…

Armstrong nous a bien pris pour des cons, on peut être furieux. Mais n’oublions pas non plus Gainsbourg. En voilà un qui nous a aussi bien pris pour des couillons et qui n’aura jamais a passer au contrôle anti-dopage. Gainsbourg c’était le Poinçonneur des Lilas mais c’était aussi Est-ce Est-ce si bon, Zig Zig avec toi, J’entends des voix off, Tata Teutonne, Rock around the bunker

Est-ce Est-ce si bon quoi… Gainsbourg c’était un beau paquet de chansons pourries.

Alors ne pardonnons pas que quand ça nous arrange. Et n’oublions qu’à connard, connard et demi.

Donc quand je vais au cinéma et qu’on essaie de me vendre que Kirikou est gentil et que c’est mon ami, j’ai envie de dire qu’il faut arrêter de se foutre de la gueule du monde.

Publicités


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès