11
Nov
12

Obama est-il une raclure de Biden?

J’ai pas de chiffres mais je crois qu’on peut dire que le monde entier, moins une moitié de l’Amérique, se réjouit de la réélection de Barack Obama.

Après avoir porté le changement, Obama a fait chavirer la bonne moitié de l’Amérique avec sa marche en avant. Tout le monde s’en réjouit donc. Tout le monde sauf Bob St Jour*.

Bob St Jour me dit avec ses mots à lui qu’Obama est contre les riches et les riches c’est la clientèle de Bob St Jour. Dans la mesure où le Client est roi (d’ailleurs on met une majuscule à Client), Bob St Jour se verrait assez embarrassé de devoir annoncer à l’un de ses clients qu’il doit payer plus d’impôts pour sauver le pays de la ruine et aider les gens qui en chient. Il serait embarrassé parce que son Client n’est pas devenu riche dans l’optique de sauver le pays ou d’aider les pauvres, il est devenu riche pour sa gueule.

Ne confondons pas le Client avec Jésus.

Quand j’ai voulu expliquer à Bob St Jour qu’il fallait relativiser et qu’Obama c’était quand même pas François Hollande, il est parti tout seul dans une sorte de diatribe dont il a le secret. Il a commencé à dire qu’Obama c’était l’arbre qui cachait la forêt.

lala lalala

Il m’a dit qu’il pensait qu’Obama travaillait en secret pour Joe Biden et qu’en gros il serait rien d’autre qu’une sorte de marionnette pour Républicains parce que Joe Biden, c’est un Républicain à peine déguisé en démocrate. Joe Biden il ressemble à James Baker, l’ancien secrétaire d’Etat de Georges Bush père.

Ce en quoi il a pas tout à fait tort. Y’a rien qui ressemble plus à un Républicain que Joe Biden. Je veux dire, quand on compare avec James Baker, Joe Biden n’est ni plus ni moins qu’un vieux avec une cravate, des cheveux gris, des dents bien blanches et qui pointe de l’index.

Donc Obama ne serait qu’un pantin dont Joe Biden tirerait les ficelles… à la solde des Républicains…

Sérieux Bob St Jour, je ne me demande vraiment plus pourquoi il est coach de fitness et pas politologue.

Du coup je l’ai pris à son propre jeu. Je lui ai dit que d’abord on pouvait pas s’arrêter à une analyse aussi simpliste. Et puis je lui aussi fait remarquer que si Obama bossait en sous-marin pour les Républicains, alors tout rentrait dans l’ordre finalement.

Le problème de Bob St Jour c’est qu’il aime avoir raison tout le temps. Sentant le vent tourner, il a choisi la solution de facilité en se vexant comme un pou. Il m’a dit que l’important c’était pas de savoir si Obama était ou pas Républicain, mais de savoir qui tire les ficelles.

Bob St Jour il se croit dans le Parrain…

Mais alors qui tire les ficelles? Biden? La CIA? Les Tailleurs de Pierre? Au fond on le sait bien qu’Obama n’est qu’un visage pour lequel l’Amérique a envie de voter. Derrière c’est la machine qui contrôle. (cf The Matrix) Et dans la vie de toute façon ça marche tout le temps comme ça. Oui c’est Obama qui dit oui ou non. Mais il doit tenir compte de son état major et d’autres paramètres qui échappent à son contrôle.

C’est comme moi l’autre jour, j’avais besoin d’un peu de bolduc pour faire un cadeau à un juge d’instruction histoire de me le mettre dans la poche avant de plaider. Impossible de trouver du bolduc! J’étais en stress parce que je voulais que mon pot de vin soit joli, à l’approche de Noël ça compte dans le coeur d’un juge. C’est joli un cadeau avec un peu de bolduc.

Si c’est juste pour filer des billets je peux faire un virement bancaire. Je voulais apporter ma touche. Je voulais marquer le coup. Sauf que pas de bolduc! J’ai cherché partout. Et ben ça n’a pas empêché le juge d’instruction d’ouvrir sa boite et d’y trouver les billets de banque dedans et d’en être pleinement content. Au final tout s’équilibre. C’est le principe des vases communicants.

Je partageais cette anecdote un peu floue je le concède avec Bob St Jour. La métaphore du bolduc lui a coupé le sifflet à ce gros con.

J’en ai profité pour lui porter l’estocade. Je lui ai dit :

Bob, regarde moi, l’important c’est pas de savoir qui tire les ficelles. Qui tire les ficelles on s’en fout. ObamaBiden… Quand bien même! L’important c’est pas non plus les abdos ou les pompes. L’important c’est d’aimer, tout donner. L’important… c’est d’y croire, sans s’en apercevoir. L’important c’est toujours d’être en amour. Il faut toujours être en amour. Là tu vois je te regarde, et je te sens pas en amour. Je te sens tout en tension et en agressivité  Une agressivité pas forcément positive en plus. J’veux dire… J’veux dire pète un coup mec!

Je crois qu’au delà de prouver mon point, il était important pour moi de citer Obispo. Un mec qui a vendu autant de disques ne peut qu’être dans le vrai. Et c’était aussi important de placer « quand bien même. »

* Bob St Jour c’est le surnom que j’ai donné à mon coach sportif.

Publicités


Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Les articles à succès