Archive for the 'Droit cinématographique' Category

26
Fév
13

Avec les terroristes

Je me rappelle d’un des mes instituteurs qui m’avait marqué en m’interdisant de commencer mes phrases par « moi je. » Il ne m’a pas marqué tant que ça en fait. Parce que je voulais précisément commencer par dire que moi je suis plus fort que les effets de mode. Il y a des années j’avais déjà su résister aux pattes d’éléphant. Avant-hier j’ai résisté à participer aux lib dub.  Hier je résistais encore au Gangnam Style de Psy.

news illustrated 121201 GStyle outline

Et bien moi qui suis d’habitude hermétique aux usages, j’ai fini par avoir une révélation avec le harlem shake.

Lire la suite ‘Avec les terroristes’

10
Fév
13

Toi aussi ma fille…

Gary Lineker c’était un joueur de foot anglais.

efc__1227792509_lineker_garyinsert

Gary Lineker, c’est 185 buts avec Leicester, 36 buts avec Everton, 54 avec le Barça, et 82 avec Tottenham. 48 buts avec l’équipe d’Angleterre. C’était pas seulement un mec qui plantait des buts. On l’appelait Mister Nice parce qu’il n’a jamais pris un carton de sa carrière, ni jaune ni rouge. C’était un mec élégant. Il a sauvé Leicester de la faillite en investissant personnellement plus de 5 millions de livres.

En plus d’avoir la classe, le mec faisait preuve d’une belle lucidité. Il avait cette définition très simple du football :

Le football c’est 22 mecs qui courent après un ballon pendant 90 minutes et c’est les Allemands qui gagnent à la fin.

Les Allemands ou les Allemandes?

Lire la suite ‘Toi aussi ma fille…’

07
Oct
12

Tout est en règle!

J’ai la passion de l’argument. J’aime donc quand les gens se livrent à des joutes verbales.

Vendredi soir dernier, j’ai été servi au cinéma. La salle était quasiment pleine, les spectateurs – qui sont aussi des Parisiens éreintés de leur semaine – étaient impatients de s’en prendre plein les yeux pour commencer leur week-end. Une dame d’un certain âge, accompagnée d’une amie, s’approche alors d’un jeune homme assis à côté d’un siège vide sur une aile au 5e rang. Classique. La vieille chouette pas gênée avait en tête qu’il aille s’asseoir au 1er rang afin qu’elle et sa copine puissent profiter des deux sièges, comptant un peu sur la politesse du jeune homme. Celui-ci décline la proposition, avec peu de diplomatie. La vieille dame s’offusque. Le jeune homme ne bronche pas. Un vieux assis juste derrière rentre dans la danse et prend la défense de la retardataire, au nom du troisième âge. Le jeune homme se sentant agressé injustement alors qu’il ne faisait chier personne, et ne voyant pas pourquoi il devrait aller s’asseoir au premier rang pour les beaux yeux ridés d’une femme qu’il ne connait même pas, commence à s’énerver.

Les débats s’enflamment. Après deux ou trois belles insultes, la jeunesse reprend finalement le dessus. Les deux vieilles sont allées s’asseoir au 1er rang et le vieux a fermé sa gueule. Et moi je me suis bien marré.

Lire la suite ‘Tout est en règle!’

03
Août
12

De Paris, avec classe

Il y a beaucoup de choses qui me mettent en colère dans la vie :

Les injustices, la faim dans le monde, le massacre des baleines, la misère, la corruption, le féminisme, la pollution, le temps pourri à Paris… Mais il y a peu de choses qui me mettent autant en pétard que Woody Allen.

Woody Allen vient de sortir son dernier film  : To Rome with Love

Après avoir siroté un peu de sangria dans Vicky, Cristina, Barcelona ; après avoir enchaîné les rondelles de saucisson dans Midnight in ParisWoody Allen livre sa vision de la dolce vita romaine entre Vespa et sauce tomate. (mais sans Francesco Totti malheureusement) Un nouveau film convenu, rempli de stars qui veulent s’associer avant qu’il ne soit trop tard (pépère aura bientôt 80 balais quand même) à ce qui restera (malheureusement) un grand nom du cinéma. Un peu comme ces stars qui essaient désespérément de tourner avec Clint Eastwood avant qu’il ne soit trop tard sans se demander s’il fait des bons films ou pas. Alors qu’il y a des réalisateurs pourtant plus jeunes et autrement plus doués. (Christopher Nolan, PT Anderson, James Gray pour ne citer qu’eux…)

J’aime pas Woody Allen parce que c’est un réalisateur faignant qui après avoir construit sa carrière sur des films pseudo psychologiques vient de trouver un filon en faisant des films cartes postales.

Vicky Cristina Barcelona proposait un portrait idyllique d’une Espagne vue par deux américaines, loin de la crise immobilière.

Midnight in Paris racontait la magie de Paris à travers les yeux d’un américain passionné de littérature, loin du RER B.

J’imagine que To Rome with Love va parler de l’amour à l’italienne fantasmée par une américaine qui n’a pourtant pas besoin de marcher dans les ruelles de Rome pour avoir confiance dans sa beauté. J’imagine parce que je n’irai pas voir ce film à la con.

Et oui on peut critiquer un film sans aller le voir.

Et après? Woody Allen va-t-il parler du besoin de grand air à travers les vacances à Gstaad d’un couple d’américains?

Soyons clairs : je n’aime pas Woody Allen pour sa vision très petit bourgeois de la vie en général. Woody Allen vous donne l’impression de faire vos courses au marché alors qu’en fait vous faites vos courses chez Leclerc. Ses films sont mignons mais tellement loin de la réalité. Et réflexion faite, c’est même pas si mignons que ça.

Woody Allen résume sa carrière en disant ceci :

Je crois que je ne suis ni purement comique, ni purement tragique, simplement réaliste

Moi je ne comprends pas. Je me garde bien de juger Woody Allen en tant que personne mais je peux affirmer qu’il fait un cinéma de vieux cons. D’ailleurs il a toujours fait un cinéma chiant à crever. (à l’exception de Match Point, qui était pourtant très petit bourgeois aussi mais dont l’intrigue valait la peine)

Et puis finalement je jugerai aussi un peu le bonhomme quand même.

Parce que n’oublions pas que Woody Allen, en plus de faire des films pourris, est la preuve vivante qu’on peut se marier avec sa fille adoptive.

Il a l’air vieux sur la photo de droite… Mais en y regardant bien il a aussi l’air très vieux sur la photo de gauche!

Alors bon, Woody Allen, formidable exemple de patience au nom de l’amour? Woody Allen, l’ouverture des possibles?

Rappelons nous qu’on empêche Roman Polanski de vivre aux Etats-Unis parce qu’il aimait niquer (des mineurs) dans sa piscine. Rappelons nous aussi qu’on emmerde encore Cohn-Bendit aujourd’hui parce qu’il chatouillait des enfants.

Qui peut s’enorgueillir d’aimer Woody Allen aujourd’hui? Si vous êtes jeune et sain d’esprit, que vous vous respectez, et que malgré tout vous affirmez haut et fort que vous aimez bien Woody Allen pour faire un peu intelligent ou tout simplement vous fondre dans le moule… et bien posez-vous plutôt les bonnes questions.

Putain quand je pense qu’on fait des films à la gloire de Woody Allen

Paris-Manhattan quoi…

Circonstances atténuantes pour Alice Taglioni qui ne se remet visiblement pas de la disparition de Jocelyn Quivrin…

La star du poker Patrick Bruel (Lola, PROF, Le Grand Pardon, mon amant de StJean, La complainte de la butte, Le Prénom) prouve qu’il sait aussi faire de mauvais choix.

Louis-Do De Lencquesaing…?!

Comme l’un des marins du Titanic, il est de mon devoir d’alerter l’attention du capitaine sur le fait qu’un iceberg se trouve devant le bateau avant qu’il ne soit trop tard et qu’il est temps de changer de bord sous peine de finir le cul dans l’eau froide.

C’est pourquoi je le répète, Woody Allen c’est de la merde.

C’est pourquoi aussi je préfère rendre hommage à Louis de Funès.

Louis de Funès digne représentant d’un cinéma français jamais oscarisé, à tort.

Louis de Funès a fait rire la France entière à coups de ma biche! tout en prenant part à chaque fois à des films dont la profondeur échappe encore aux critiques émérites du Cercle. Parce que les films de Louis de Funès ce n’était pas juste que des grimaces!

Dans l’aile ou la cuisse il s’est battu pour une certaines idée de la cuisine française, des années avant Jean-Pierre Coffe.

Dans Hibernatus il a montré les dangers d’emprunter les couloirs du temps, des années avant Retour vers le futur.

Dans le Petit Baigneur, il s’est battu pour l’artisanat bien avant le PSG des Qatari.

Dans Rabbi Jacob, il s’est battu pour l’unification des peuples au delà des conflits de religion.

À St Tropez, Babylone française, il s’est battu au nom de la morale contre tous ceux qui croient qu’on peut vivre en société sur la plage sans maillot de bains.

Tout le monde dit que Woody Allen est génial alors qu’au final, on s’est pas rendu compte mais nous on avait Louis de Funès.

Et comme Woody Allen va bientôt passer à la postérité, il faut remettre les pendules à l’heure. Il faut reparler de Louis de Funès. Les générations futures ne doivent pas oublier les Jean Gabin, les Leo Ventura, les Yves Montand, les Guy Lux, les Jacques Capelovici, les Leon Zitrone, les Jean-Pierre Descombes (bien qu’il ne soit pas encore mort)

Il faut en parler et en reparler encore et encore pour qu’un jour, la jeune génération cherche à savoir qui était Thierry Roland.




Si un cochon à réussi à devenir berger, un docteur peut bien devenir avocat!

Articles les plus consultés

Les articles à succès